"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

lundi 20 avril 2015

" - Nous ne serons jamais des Notaras ! "…



"… une faiblesse aussi pitoyable ne pouvait pas, ne devait pas constituer une menace…"

« Le cargo rencontra sur sa route un premier naufragé qui sembla retrouver vie à l’approche du navire, levant faiblement le bras en signe d’appel. La mer était plate, le vent nul. Le capitaine fit stopper le navire et donna l’ordre de mettre un canot à la mer. C’est alors que l’officier de quart, examinant le malheureux à la jumelle, repéra soudain tout autour du survivant de très nombreux cadavres flottant juste au-dessous de la surface de l’eau. Le capitaine saisit à son tour ses jumelles et découvrit droit devant lui, presque à perte de vue sur la mer, un océan de corps flottants ou à peine immergés selon qu’ils vivaient ou non. (…) Il rappela le canot qu’on débordait déjà des portemanteaux et fit remettre en route, arrière lente, tandis que l’homme, voyant le navire s’éloigner, fermait les yeux sans un cri et se laissait couler."- Capitaine !" dit l’officier de quart, "allez-vous les abandonner ?" C’était un tout jeune homme, pâle d’émotion, au bord des larmes. "- Vous connaissez les ordres", répondit le capitaine Notaras (…) "et si j’embarque tous ces gens-là, qu’est-ce que nous en ferons, je vous le demande ? Moi, je transporte du bois, c’est tout. Je ne suis pas chargé de favoriser l’envahissement de l’Europe."
Cette fois, le petit officier pleurait franchement : "- Vous les condamnez à mort, capitaine ! Vous n’en avez pas le droit !"
"Ah ! Vous croyez !" dit le capitaine, "eh bien ! vous vous trompez !" Et, plaçant le levier du chadburn sur "en avant toute" il ajouta dans le téléphone-machine : "Donnez-moi le maximum de tours, s’il vous plaît !" Au timonier, il jeta un ordre : "Comme ça, la barre, et si tu modifies ta route d’un seul demi-degré, je te flanque aux fers pour mutinerie en haute mer !"
      "Comme ça la barre", cela voulait dire : droit devant. Et droit devant, sous la proue du navire lancé à pleine vitesse, commençait le champ marin de fleurs noires aux pétales blancs, morts et vivants balancés par la houle comme une cressonnière humaine. A vingt-cinq nœuds, le cargo grec Île de Naxos, par la volonté de son capitaine et la passivité coupable de son équipage, perpétra en cinq minutes un millier d’assassinats. Hormis les actes de guerre, ce fut probablement le plus grand crime de l’histoire commis par un seul homme. Un crime que le capitaine Notaras considérait justement, à tort ou à raison, comme un acte de guerre…
" - Nous ne sommes pas des Notaras ! Nous ne serons jamais des Notaras ! " Marcel et Josiane en furent persuadés… »

Jean Raspail – Le Camp des Saints – chapitre XX- 1973 – Robert Laffont…

- Le Monde : " Naufrage en Méditerranée : L’Europe n’a plus d’alibi "
- BFM-TV : "Qui est responsable de ces tragédies ? L’Europe est-elle en train de payer son inaction ?"
- Le Parisien : " Naufrage en Méditerranée : L’Europe doit réagir ! "
et
- Bernard Kouchner l’insubmersible : "L’Europe nous fait honte. Il faut créer une flotte de secours spécialement dédiée avec autant de bateau qu’il faudra…"

Prions…


3 commentaires:

  1. kobus van cleef20/04/2015 19:59

    Je vois que nous avons eu les mêmes lectures
    J'excipiait souvent de mes origines massaliotes et donc grecques pour rompre une conversation emmerdante au sujet de la misère du monde lorsque j'étais jeune

    RépondreSupprimer
  2. j ai attendu l age canonique de 50 ans pour lire Le camp des saints. Comment un gars comme Raspail a-t-il pu etreà ce point visionnaire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef21/04/2015 20:54

      Visionnaire hier, l'ami !
      Voyons ce que l'avenir, à compter d'aujourd'hui, va nous réserver

      Supprimer