"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 5 novembre 2015

Il avait vu Satan tomber comme un éclair…


Michel Serres l’avait surnommé "le nouveau Darwin des sciences humaines"…

René Girard est mort hier.

Pour une fois qui-n’est-pas-coutume, je suis d’accord avec Jacques Attali qui a touïtté ce matin :
« - Il faut lire "La violence et le sacré" de René Girard. Un formidable outil d’analyse de la nature humaine »
 *
Français totalement bien-de-chez-nous traduit dans le monde entier mais trop méconnu chez nous, il a su mettre en mots intelligibles pour l’homme quelconque normalement câblé le rôle fondateur essentiel du "désir mimétique" et du "bouc-émissaire" dans la société des hommes. Merci. 


2 commentaires:

  1. Ses livres m'ont passionnée. René Girard était un philosophe original et éclairé, trop peu connu.

    RépondreSupprimer
  2. Il faut au moins lire ses trois premiers livres, et dans leur ordre d'écriture et de parution :

    Mensonge romantique et vérité romanesque

    La Violence et le Sacré

    Des choses cachées depuis la fondation du monde

    RépondreSupprimer