"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 19 février 2014

La chasse est ouverte (4)…



Le Conseil national de sécurité routière, un bidule de 57 membres installé en grande pompe il y a seize mois par Sa Mâchoire Manuel Valls, a dévoilé l’état d’avancement de ses travaux. Ceux-ci se poursuivent d’ailleurs sans débander pour faire progresser le dossier afin de pouvoir se prononcer sur une baisse ou non des vitesses autorisées sur les routes départementales. Enfin, je veux bien mais au vu du rapport déjà publié, il ne s’agit pas de savoir si on baisse ou non, on sait déjà qu’on va baisser. La commission des experts réunie aujourd’hui n’a semble-t-il comme ordre du jour que l’évaluation du coût du changement pour l’Etat pour savoir si  on l’applique partout ou si, pour des raisons "d’acceptabilité" (sic) on se limite à une fraction du territoire à titre expérimental
Comportant dans tous les cas le recours aux contrôles par des voitures banalisées, les préconisations du dit Conseil national seront définitivement arrêtées en séance plénière le 16 mai prochain. Donc après les municipales (cébien) mais avant les européennes (cémoche). De toute façon, les nains de jardin du gouvernement décideront en dernier ressort lors d’un Comité interministériel de la sécurité routière qui ne se tiendra probablement pas avant fin juin. Le temps de changer tous les panneaux, on verra bien quelle sera la date d’application…
Si on en croit le rapport, z’auront donc alors encore une bonne centaine de morts sur la conscience. Mais ils auront raison de s’en foutre puisque c’est bidon. Merci l’air bag, etc.

Mais je m’égare et pourquoi je vous cause de ça ?

Uniquement pour vous placer cet extrait du rapport :

"L’usager doit avoir conscience que son comportement fait l'objet d'une surveillance effective de la part des autorités, qu'un comportement illégal peut faire l'objet d'une sanction, sans qu'il sache précisément quand et où sont menés les contrôles, et en ayant le sentiment qu'il peut être contrôlé n'importe où et n'importe quand".

Ça vous fait penser à quoi ?

Rassurez-vous : Ça vaut pas pour les contrôles au faciès...


PS : Le FOPOD remarque que certains Acurabas sont discriminés au seul bénéfice des Usagers. Et les autres Assujettis-Consommateurs-(U…)-Résidents-Bénéficiaires-Ayant-droits ? Euh… Ça va venir...

3 commentaires:

  1. Nous avons appris par la grasse presse qu'ILS se sont réunis à huis clos
    les noms de membres ne sont pas facile à trouver
    touchent ils des émoluments , des indemnités ? et combien
    sur Wiki on voit un fonctionnement très démocratique .... le Bonheur est en marche

    RépondreSupprimer
  2. M'en fous : avec ma Daimler, je roule très déjà très doucement afin de calmer son appétit. Faudra quand même que je fasse gaffe avec le break Ford... Mais si c'est pour la bonne cause...

    RépondreSupprimer
  3. si on se base sur la pure sémantique, cette phrase se décode ainsi: la peur du gendarme. Rien de nouveau en fait.
    Cependant, vu qu'une telle phrase a besoin d'être dite en 4 lignes plutot que 4 mots, elle m'inspire la plus sincère méfiance. Magie du verbiage étatique.
    De plus, et encore car je me méfie de ces gens-là, il ne faut pas sous estimer leur besoin (et capacité) de nuisance.
    en conclusion, ce ne pourrait qu'être un rappel du bon sens (la peur du gendarme), mais je l'interprete comme une volonté de flicage avérée.

    RépondreSupprimer