"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 8 janvier 2015

Unanimisme rédactionnel…



Rédactionnel, je ne sais pas. Je n’ai regardé que les Unes et lu que les gros titres.
Ça fait du bien de constater, nonobstant les soldes, cette levée en masse spontanée des foules dans les villes de grande solitude où acurabas lambda et egobodies boboïsés vaquent à leurs petites affaires à l’abri des attentions préventives de notre démocratie contraceptive…

Au demeurant, indignées, révoltés ou simplement dignes dans le deuil, ces foules anonymes étaient sûrement de consistances plurielles. Pour beaucoup, il s’agissait de manifester leur opposition ferme à la barbarie, expression générique bien pratique utilisée par nos dirigeants pour éviter de… dire. Terme qui permet de rassembler l’homme de la rue, lequel sent confusément ce qu’il y a derrière mais à trop peur de son ombre pour le formuler… Pour certains il s’agissait de défendre la Liberté au sens originel de la devise, c’est-à-dire les libertés. Pour d’autres, la seule chose qui leur semblait en danger dans le cas d’espèce,  c’était la Liberté d’expression… Et parmi eux, il y a ceux pour qui cette liberté-là, nous l’avons vu et nous le voyons chaque jour, est une liberté qui doit être à géométrie variable… Pour le plus grand nombre, enfin, il ne s’agissait que de sauver le soldat Charlie. Après tout, ce n’est que lui qui était visé et, quelque part, l’acuraba ça le rassure…

La presse quotidienne ne s’y est pas trompée. D’abord, elle n’a pas lésiné sur la dépense d’encre sur ses lignes offset pour les grands à-plats de noir. Ensuite et surtout, elle a repris l’émotionnel pour vendre en faisant pleurer Margot. Et pour ça, les pisse-copies et les maquettistes ont fait ce qu’il faut. Mais sans forcer sur la créativité ; il ne faut pas trop en demander quand-même vu comme ils sont payés avec des élastiques, notamment dans la PQR… Donc, pas besoin de se fouler, c’est le "Je suis Charlie" qui domine… Après c’est évidemment "la presse" qu’on assassine ; faut pas oublier la corporation mine de rien… Et la "Liberté" tout court ne vient qu’après…
Quant au quotidien de révérence, Le Monde, cette vieille diva fardée, elle nous fait le coup du comparatif historique : Les 12 morts d’hier mis sur le même plan que les 2.996 morts du 11 septembre ! Au tarif, Charb vaut bien 250 citoyens américains ! The Monde se vautre donc dans le style Libé (pour le fond c’est déjà fait), Libé qui titrait lors du naufrage du Costa Concordia : "Titanic en Toscane" (1.520 morts - 69% de pertes versus 32 morts - 0,8%)…  
  

Il y a quand-même des quotidiens qui ont su rendre hommage à Charlie Hebdo en cherchant à l’imiter dans le genre humour noir avec un clin d’œil à certaines de ses unes, Je suis sûr que ses rédacteurs défunts auraient apprécié… 
Et pour finir, je dirai que si je devais retenir une de ces unes, ce serait peut-être celle de La Croix. Sobre et digne en un jour de deuil, elle dit l’essentiel, point.   



2 commentaires:

  1. La Croix, un brin degauche, mais sobre comme toujours. je le lis tous les jours ayant reçu un abonnement d un an en cadeau :)

    RépondreSupprimer
  2. kobus van cleef10/01/2015 12:30

    Sur oumma-magazine ils auraient pu titrer "balles magiques chez chérie abdo ,des bavards rendus muets"
    Mais oumma-magazine n'existe pas

    RépondreSupprimer