"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 15 avril 2015

A la CPAM, être à la hauteur !



Figurez-vous qu’à la Caisse Primaire d’Assurance-Maladie de Haute-Garonne, si on n’y sait pas plus que dans les autres départements quel est "le coût final de l’heure effectivement travaillée", en revanche on sait quoi faire, sinon pour fluidifier l’accueil des assujettis, du moins pour communiquer sur la fierté du personnel d’être investi d’une si noble tâche.
   Il faut dire que, l’exemple venant d’en haut, on ne peut pas leur reprocher leur bougisme quand d’autres écrivent leur lettre au Père Noël à Game of Thrones.
   La "CPAM-31", donc, a consacré le temps et les sous nécessaires (pour ce qui est du temps, je n’ai rien trouvé sur le temps de répétition et je m’en excuse) pour mettre en ligne ce qu’elle appelle une flash mob à sa gloire sinon à son avantage. Bien entendu, je ne saurais vous priver de cette remarquable "prestation" spontanée, c’est  

   Certes, il faudrait que quelque bonne âme rappelle à ces braves gens ce que l’on qualifie normalement de "flash mob" : Ce serait, dit-on, "le rassemblement d’un groupe de personnes dans un lieu public pour y effectuer des actions convenues d’avance, avant de se disperser rapidement. Le rassemblement étant généralement organisé au moyen d’Internet, les participants ne se connaissent pas pour la plupart. On distingue la flash mob d'un rassemblement organisé par des sociétés de relations publiques…"
   On constate tout d’abord que le "lieu public" où se déroule la "chose" est dépourvu d’affichages muraux, de banque et autres guichets, de fauteuils d’attente avec guéridon, dépliants divers et exemplaire de Charlie-Hebdo, de distributeur de ticket et d’écran lumineux appelant le prochain numéro… On n’aura pas la méchanceté de penser qu’il s’agit là d’un espace normalement "interdit au public", genre salle de réunion des délégués du personnel faisant sas entre espaces de travail et salle de repos et vestiaires du personnel… A l’évidence, le côté dépouillé illustre bien le manque de moyens. Quant à la chaise et son petit bureau d’écolier dédiés à l’accueil des usagers, presqu’incongrus dans le décor, ils symbolisent inconsciemment le caractère accessoire de cette fonction…
   Pour ce qui est des acteurs, la qualité de la chorégraphie confirme que nous avons bien à faire à des salariés de la boutique s’offrant une récré supplémentaire. Il n’y a pas là d’arnaque sur la marchandise : nous ne sommes pas en présence d’intermittents du spectacle vivant recrutés par agence ou dans une assoc’s voisine. (Ce qui, entre nous soit dit, serait peut-être revenu moins cher compte tenu du salaire horaire toutes charges comprises de la bonne soixantaine de guignols présents…) Et ils n’ont pas dû se disperser après…
   Enfin, le scénario retenu est sublime par son "message" : "Être à la hauteur" en se mettant à genoux, bras et mains tendus vers une hypothétique divinité incarnée par un quidam obèse en béquilles et fauteuil roulant…        
      
L’avenir de l’espèce est en de bonnes mains.

NB : La CPAM-31 emploie plus de 600 agents.   On se souviendra qu’en janvier 2014, onze agences de la caisse des allocations familiales du dit département ont été fermées au public durant toute une semaine, leurs personnels étant ramené en renfort au siège de Toulouse pour tenter de résorber les retards de traitement des dossiers…

9 commentaires:

  1. Baudricourt15/04/2015 22:20

    je remarque que la parité n'a pas l'air d'être respecté... que fait le gouvernement ?!!

    RépondreSupprimer
  2. Les hommes se taillent en effet la part du lion, au milieu de ses dindonnes qui prennent, semble-t-il, un grand plaisir à se ridiculiser:!
    Un petit gros en sac poubelle bleu, l'agressif qui veut dégommer la tronche de pretty woman, jusqu'à ce parèdre du Christ qui se lève de son fauteuil roulant à la fin: mais enfin, cher Plouc, où êtes-vous allé dénicher cette pépite?
    Comme dirait un ami: drop the bomb ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je ne passe pas mes journées à chasser ce genre de truc avec un casque colonial et un filet à papillons. Mais j'ai un réseau "clanique" qui, parfois, me déniche par hasard ce genre de petites choses...

      Supprimer
  3. La chorégraphie a du être conçue par l'organisateur de la fête annuelle de l'école maternelle du coin.

    Ce remarquable opus rentre dans le cadre de la mission de prévention de la CPAM : il est prouvé que le rire prévient un grand nombre de maladies (même, si, dans ce cas le rire est plutôt désespéré à la pensée de nos déficits).

    Droopyx

    RépondreSupprimer
  4. Un petit éclaircissement de la part d'un employé de la CPAM31...

    Sur la forme, je vous le concède, la réalisation est mauvaise, la chorégraphie éteinte, le montage vidéo tant qu'audio minable... En effet celà n'a rien d'un flashmob. L'erreur vient probablement du fait que l'idée a été pondue par un directeur de 57ans qui a bien du mal à s'ancrer dans le monde moderne. Cette réalisation et le terme de flashmob sont aussi raillés au sein de la CPAM.

    Sur les critiques adressées à la CPAM (dont vous êtes au final tous bien contents qu'elle existe, vous semblez l'oublier un peu vite) :
    _ personne ne connait le coût final de l'heure effectivement travaillée chez Airbus, Sanofi, Renault, la Brioche Dorée etc. Seuls les métiers assimilés à du travail à la chaine peuvent être ainsi quantifiés. Les emplois administratifs, de R&D, de support etc sont difficilement chiffrables en ces termes.
    _ la CPAM31 a consacré le temps et les sous nécessaires : oui deux répétitions de 30min pour la cinquantaine de participants (sur un milier d'employés je le rappelle) plus la réalisation elle même (20minutes). Le reste du travail (organisation, montage, diffusion) est à la charge du service communication (puisque c'est son métier) donc ne coute rien de plus ou de moins à la CPAM.
    _ l'espace dans lequel a été effectué la "performance" est bien le nouvel accueil. Nous sommes nombreux à s'associer à vos remarques (pas d'affichage, pas de sièges, pas de toilettes...) mais pensez-vous que ce sont les 1000 employés qui ont décidé ou les 5 agents de direction? Ces personnes sont autant déconnectés de leurs assurés que de leurs employés.
    _ une récré supplémentaire. Encore une fois ce commentaire témoigne de votre méconnaissance totale des entreprises. À la CPAM comme PARTOUT il y en a qui se branlent la nouille toute la journée et d'autres qui travaillent. Allez voir dans d'autres grandes entreprises privées si certains ne profitent pas de l'anonymat pour en faire le moins possible.
    _ pas de parité en effet. 80% de femmes dans les effectifs. Il serait bien de se demander pourquoi après avoir fait ce constat. Des cadres bac+5 rémunérés 1350€ par mois (et ne parlons pas des employés) sont un début de réponse. Les hommes ne veulent pas de ces emplois.

    Tant d'autres choses à dire. Je suis atterré par l'amertume qui se dégage de vos propos et surtout du manque de connaissance du sujet. Oh oui l'assurance maladie et la sécurité sociale dans son ensemble ont besoin d'être renouvelées, réformées. Mais sachez que nous sommes une des entreprises en France avec le plus bas coût de fonctionnement. Nous gérons des milliards et des milliards chaque jour, bien plus que toutes les entreprises du CAC40. Vous payez nos salaires avec vos cotisations, c'est vrai ; mais nous payons nous-même nos salaires avec nos cotisations (l'assurance maladie est une entreprise privée). Nous assistons tous les jours à la dégradation du service public en tant qu'employés (des fermetures de centres = des emplois en moins) et en tant qu'assurés (les délais sont les mêmes pour tout le monde). Et par dessus tout, nous avons à subir constamment vos jérémiades malgré l'immense service rendu à tous les citoyens.

    Je suis fier de travailler à l'assurance maladie, je suis fier d'offrir à tout un chacun une couverture médicale indispensable, je suis fier de participer à la solidarité nationale et tout ça en étant payé au lance-pierre et constamment déconsidéré par ceux à qui j'offre mes services.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Neptichou. C’est bien volontiers que je vous donne acte de vos remarques et critiques… Ceci-dit, si je comprends vos humeurs devant ma réaction d’humeur – assez superficielle et épidermique, je vous le concède – je ne puis laisser passer votre affirmation péremptoire quant à mon "manque de connaissance du sujet"… J’ai ramé suffisamment longtemps dans le "para-public" à "manager" du personnel "à statut" qui "faisait ses heures" pour connaître… J’y ai vécu aussi quelques moments très forts, y compris lors de conflits sociaux au contact de gens extraordinaires par leur sens du travail, leur volonté d’améliorer le service rendu aux "assujettis" en faisant feu de tout bois. Mais pas seulement…
      Continuez et soyez fier de votre mission.
      Accessoirement, je sais très bien pourquoi l’emploi féminin domine dans votre job. Le sieur Baudricourt pourra lire votre prose.

      Supprimer
    2. kobus van cleef21/04/2015 21:06

      Mon bon ami,
      Cette chorégraphie ne m'aigri pas
      Elle est tout bonnement grotesque
      Imaginez le même truc nombriliste chez votre boulanger ( on a besoin de la CPAM de temps en temps, mais du boulanger tous les jours) ou chez votre boucher ( tentez de visualiser votre louchebem mimer un solo de air guitar avec un gigot d'agneau, ça tombe bien, c'est la saison)......
      Ridicule, non ?
      Hé ben, voilà

      Supprimer
  5. kobus van cleef17/04/2015 18:09

    D'un autre côté, l'activité physique requise pour les répétitions a dû faire fondre les excédents de bagage de certaines d'entre elles
    À quelque chose malheur est bon, comme on dit
    Avez vous noté qu'elles dansent sans coordination ?
    Le chorégraphe est vraiment un manche

    RépondreSupprimer
  6. Juste pour info. "NB" :

    La CPAM 31 emploie 1051 agents (chiffres juin 2014). Votre chiffre de plus de 600 s'approche plus des effectifs de la CAF qui compte environ 650 agents (ça fluctue en fonction du nombre de CDD). Dont la moitié est allouée à la production c'est à dire au traitement des dossiers (270 000 allocataires en Haute-Garonne). Et je ne parle pas du service courrier qui gère au-delà de la simple CAF 31.

    Fermeture des antennes CAF 31 : du 21 au 25 janvier 2013 sur neuf des onze agences de la CAF de la Haute-Garonne. Et bien que la production soit soumis au rendement à la CAF (et sans doute aussi à la CPAM) avec moins de personnel et par rapport au surcroit d'activité (+ 130 000 dossiers dans ce cas soit +15%) pas étonnant qu'ils soient débordés. Antennes de la CAF qui ne sont plus que dix maintenant et neuf prochainement (dont le personnel ne sera surement pas rattaché ailleurs à terme puisque pas remplacé). Les clients (c'est comme ça qu'on les appelle maintenant) de la CAF apprécieront.

    RépondreSupprimer