"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 14 octobre 2015

Merci pour ce non- moment…


Dans la rubrique "On s’en fout et people réunis", j’apprends que "Merci pour ce moment" ne sera pas adaptée au cinéma. " Pondue en sa forme manuscrite par une précédente concubine pédalonauitique délaissée, la chose avait en son temps fait la meilleure vente en librairie de 1974 [euh. 2014]. Tous les espoirs étaient donc permis. On allait probablement voire à l’écran l’héroïne gratter fébrilement et furieusement toute une boîte d’allumettes en tentant vainement de foutre le feu aux tapisseries des Gobelins entretenues à nos frais.

 Ben non. Je ne sais rien des éventuelles amicales pressions exercées sur la productrice retenue et l’auteure du scénario, mais l’affaire ne se fera pas, contrairement à ce qu’affirmait l’Express en janvier dernier qui voyait le bête sortir sur les écrans en début d’année 2017 à l’approche des présidentielles…  

Qu’en penser ?  Le plus probable, c’est que la bête prévue s’annonçait comme un flop commercial en nombre d’entrées, surtout si, au final, le pédalonaute sujet de l’intrigue ne… se représentait pas…

En tout état de cause, je m’en fous. Au demeurant, ce qui me met en joie, c’est que la productrice en question ne pouvant pas rester sans travail a entrepris à la place de produire un long métrage traitant de l'illettrisme et d'analphabétisme !

Je ne sais pas s’il y a un lien à faire avec le projet initial, mais, ce sera là un film susceptible de recevoir des "avances sur recettes", voire de bénéficier de subventions au titre de divers ministères (1)

6 commentaires:

  1. Le lien va de soi !
    Quelle sale époque !

    RépondreSupprimer
  2. Depuis 1974, ils ont vraiment pris le temps de la réflexion, nos apprentis cinéastes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ! On voit le rewriter toujours présent sous l'écrivain en bâtiment !
      A vrai dire je me perds en conjecture sur cette date de 74. D'où a-t-elle pu sortir dans mon inconscient ? Je ne sais. Bon, pour la relecture...

      Supprimer
    2. Une violente et soudaine nostalgie du président Giscard ?

      Supprimer
    3. ça va pas non ? Je ne vois vraiment pas. 71, 72, 73, 75, 76, entre rencontre de ma femme, paternité, promotions, changement de résidences, etc. j'aurais pu raccrocher ça à quelque chose... 74 ? Tout ce que je trouve en creusant, c'est que j'ai dû changer de bagnole !

      Supprimer
    4. Eh bien voilà, ne cherchez pas plus loin : vous avez la nostalgie d'une année où il ne s'est rien passé.

      Supprimer