"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

dimanche 15 novembre 2015

Score à la première minute de jeu :



Ismaël Omar s’est montré un des meilleurs buteurs à l’ouverture du score au stade du Bataclan.
Il est vrai que ce joueur a bénéficié d’une formation remarquable avec le soutien de la Fédération :
Sans activité professionnelle connue et - semble-t-il – bénéficiant d’un logement social à Chartres, ce garçon plein d’avenir était bien connu des services de police comme il est d’usage. Huit fois condamné pour diverses broutilles en moins de six ans (conduites sans permis, outrages et soupçons d’être lié aux trafics locaux de stupéfiants), il n’a jamais fait un seul jour de prison ferme. "Fiché S" depuis quatre ou cinq ans déjà, il s’est absenté pour faire du tourisme en Syrie et séjourner en Turquie en 2013. La DCRI retrouve sa trace en 2014 en observant un groupe salafiste à Chartres. Mais rien de grave…     

Un de ses coéquipiers s’est en revanche révélé assez médiocre au Stade de France puisqu’il n’a marqué qu’un seul but. Méforme passagère sans doute…
Avec passeport syrien et/ou saoudien, celui-là, il est vrai, était un réfugié enregistré comme demandeur d’asile en Grèce. L’épuisement probable de ce malheureux soumis au knout des passeurs et sauvé de la noyade explique peut-être cela…

Ceci-dit, l’un comme l’autre ont quand-même eu la gentillesse de marquer aussi un but contre leur camp en se faisant sauter. Ce qui a permis à l’équipe adverse qui jouait à domicile de sauver l’honneur en ajoutant deux points à son score minable…

Ça rassure…

On compte sur l’union nationale et notre coach pédalonautique pour préparer le(s) match(s) retour…

2 commentaires: