"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 11 mars 2016

Faut bien les occuper…


Dans la nouvelle région "Nord-Pas-de-Calais-Picardie", les habitants sont donc appelés jusqu'à dimanche à voter pour choisir le nom de leur Région. Cébien. Car faire valider ce genre de décision par le consensus issu d’une consultation démocratique, hein, c’est important vous savez. La preuve : même Manu-la-Mâchoire prend tout le temps nécessaire sur son agenda pour consulter les lycéens (enfin, leurs "représentants" autoproclamés) sur la réforme du Code du Travail  
Bon. De quoi s’agit-il ? L’exécutif régional a estimé - et je le comprends - que la litanie vieilles provinces à traits d’union ne se prêtait guère à un marketing territorial très porteur… "Nord-Pas-de-Calais-Picardie" n’apparaîtra plus qu’en sous-titre à l’intention des mal-comprenant sous une appellation nouvelle si possible riche en sensations positives et, comme il est dorénavant d’usage, ne faisant plus référence à rien de précisément identifiable à une des composantes de son contenu, à l’instar des illustrations des billets en euros…
Du 22 au 29 février, par le biais des lycées et centres d’apprentissage, les décideurs ont consulté la jeunesse. Des propositions formulées par celle-ci, ils en ont retenu trois qui sont proposées ce week-end aux suffrages de la population (sur internet, faudrait pas déconner, ça coûte déjà assez cher) Les "électeurs" ont donc le choix entre "Hauts-de-France", "Nord-de-France" ou "Terres-du-Nord"…
Le résultat des courses (suspense haletant) sera annoncé lundi en séance plénière du Conseil régional qui tiendra compte de l’avis de ses administrés… si ceux-ci ont fait le bon choix…

Parce que, évidemment, l’affaire est déjà pliée :
- "Hauts-de-France", "Nord-de-France" et "Terres-du-Nord" (ainsi que "Nord-Pas-de-Calais-Picardie" vu qu’on ne sait jamais…) ont été déposés dès le 22 janvier par la Région à l’Institut de la propriété industrielle. Le choix de "Hauts-de-France" par les élus ne fait aucun doute. Pour Gérald Darmanin, 1° vice-président de la Région, c’est comme si c’était déjà fait : "Les Hauts de France seront un véritable trait d'union entre l'Europe du Nord et le Grand Paris…". Les deux autres de la short-list ne sont là que pour éviter de donner à la consultation un petit air nord-coréen. "Nord-de-France" n’est qu’un faire-valoir qui ne peut tenir la route contre "Les Hauts de France". "Les Hauts de…", ça a  un petit air de promotion immobilière du quartier chic pour seniors aisés dominant les miasmes de la morne plaine, façon "Les Hauts de Mougins" et ces genres de choses… Quant à l’autre figurant, "Terres-du-Nord", avec son parfum morne plaine et assommoir à la Zola, c’est vraiment le truc choisi pour garantir le vote utile attendu des acurabas… Retenir ça, c’était limite encore moins risqué que "Neustrie", trouvaille d’apprentis de Tourcoing que je tiens à saluer au passage tant cela prouve qu’en dépit de Najat et des pédagogistes, la culture historique n’est pas définitivement perdue chez les apprentis coiffeurs et tourneurs-fraiseurs…
- D’après un sondage auprès de la population concernée effectué par Odoxa pour la PQR de là-haut et publié lundi dernier, il ressort que s’en tenir bestialement à "Nord-Pas-de-Calais-Picardie" virerait largement en tête avec 40% des suffrages, loin devant "Nord-Picardie" second à 20%. "Hauts-de-France" (11 %) et "Nord-de-France" (10%) étant largement distancés. Et "Terres-du-Nord" n'était même pas cité…

Perso, je n’ai pas d’avis sur la question. Je trouve "Hauts-de-France" d’un m’as-tu-vu assez ridicule. Quant à "Nord-de-France", ça me fait penser à la Centrafrique, c’est-à-dire à un non-pays qu’on n’a pas su appeler autrement… "Nord-Picardie" aurait été le moins artificiel géographiquement parlant puisqu’on cause là d’un ensemble administratif réunissant sous la même houlette Coudekerque-Branche et Compiègne. Mais il ne s’agit pas d’identifier ; seulement de gérer. Et comme il serait contraire à l’esprit de décentralisation de leur attribuer bestialement un numéro, va pour "Hauts-de-France".

Hormis les populations concernées qui devront s’y plier et, pour certains, dépenser pour renouveler leurs papiers à en-tête, ça ne va que faire lever le sourcil à quelques lecteurs d’Aujourd’hui en France le temps de lire un article-pour-meubler. Alors, pourquoi vous causer de ça ?

- Tout d’abord, parce que nous avons là, mine de rien, un exemple, encore un, du mode de fonctionnement de nos dirigeants politiques. Gouverner ne signifie pas faire et faire savoir mais faire croire. (vous noterez que conférence, consultation, contribution, concertation, conciliation et consensus ont tous le même préfixe) Même le choix du nom d’une entité administrative à bien des égards hors sol doit être sensé résulter d’un élan parti de la base. Bien sûr, autant faire que l’appellation retenue puisse contribuer à forger une identité commune (bla bla, etc.)
Mais le fait de multiplier les consultations bidon permet à ceux qui ont été élus pour décider et faire de :
1°- S’abriter derrière le soi-disant soutien d’une présumée majorité pour s’exonérer de l’impérieuse nécessité d’argumenter et de convaincre leurs mandants de la pertinence de leurs choix qui résultent bien souvent de la facilité.
2°- En consacrant du temps et de l’argent à ces petites opérations de pure communication habillées en consultations pipées d’avance, ils évitent d’exposer à leurs mandants les problèmes et dilemmes à résoudre qui découlent de leurs décisions antérieures ; comme, par exemple, l’énorme merdier résultant de la fusion de régions par le seul caprice du Prince : Pour ce qui est des économies sur les ressources humaines, par exemple, en "Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne" comme en "Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes" (reprenez votre respiration) "il y aura de la mobilité, mais on ne forcera [ni pourra licencier] personne" Quant aux bâtiments…

Mais bon. Le bon peuple est consulté. Pour le Traité Transatlantique et le dwoit des étrangers, ne parlez pas de ce qui fâche…

5 commentaires:

  1. Bien que ne posant aucun commentaire,je lit tous vos articles et je les trouve toujours ou presque interéssant.Merci pour votre travail J-JS

    RépondreSupprimer
  2. kobus van cleef12/03/2016 13:58

    Mais bon gu d'bon gu ,pourquoi se limiter à ces trois appellations grotesques ?
    "Rêves d'en haut" aurait aussi bien pu faire l'affaire
    Et que penser de "septentrion et rivages" ?
    Pour la promo immobilière, avouez que ça claque

    Si vous préférez le glebeux ,le crotté, proposez donc "filatures et carreaux" ,on peut être sûr que ça fera rêver les enfants de....

    Saviez vous que j'avais passe ma prime enfance dans le chnord ?
    À Valencienne, pour être précis

    Lorsque ma fille a fait ses études à Lille, je suis repassé là bas ( j'allais écrire là haut, voyez vous êtes contagieux)

    C'était devenu Versailles sur Epte !
    Des statues dans les rues !
    Des parcs paysagés !
    Et mon école maternelle, repeinte , mais toujours là.....

    RépondreSupprimer
  3. Hauts-de-France, quelle altitude?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lorsqu'on habitait Valencienne, le point le plus haut c'était le terril
      30 mètres au dessus de la plaine

      Supprimer