"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 25 mars 2015

HI HAN ! HAN-HON-HEN… Hein ?



Les voies du retour de l’espèce vers le trou noir des origines sont impénétrables. Si la volonté d’y aller à bride abattue est partagée par tous les morts-vivants qui se sont assignés cette noble tâche, on se perd en conjectures quant au moyen de "transport" le plus efficace pour y parvenir le plus rapidement possible.
Car chacun a sa méthode préférée dans ce bazar du grand n’importe quoi.

Chez nous, en Fwance, celle qui prévaut de toutes évidences, c’est de cliver, de compartimenter, de segmenter, bref de discriminer mine de rien, en  opposant, jusqu’à créer de toute pièce des antagonismes auxquels personne n’avait pensé depuis la nuit des temps. Sous des vocables tels que gngn-pour tous ou gngn-ensemble, on sépare, on isole, on s’excite à susciter des motifs de guerre civile et à accroître le chiffre d’affaires des psys en inventant des pathologies gngn-phobes pour suppléer la disparition des lépreux et des pestiférés dont le rôle était si utile pour l’équilibre des sociétés…
Mais le truc le plus abscons que le monde nous envie certainement, c’est la départementalisation de la parité ! Personne n’a réalisé à quel point cette invention  à laquelle même Ferdinand Lope n’avait pas pensé est en contradiction avec la stratégie poursuivie. En effet, elle se fonde sur le seul statut arbitrairement morphologique des spécimens concernés Elle fait fi de leur identité profonde, de leurs genres, de leurs ressentis, de… de…  Et les trans, bordel !  En imposant une parité arithmétique de représentativité sur le seul critère de génitalité de naissance, on reconnaît implicitement la légitimité de ce qu’on considère comme perturbateur et devant disparaitre !

Il est vrai que chez nous la marche vers le trou noir est perturbée par les petits arrangements tactiques et errements à courte vue qu’empilent nos dirigeants pour tenter de bricoler leur propre survie, non sans se tirer chaque semaine une balle dans le pied.   

Les Suédois sont beaucoup plus cohérents. Toutes les mesures qu’ils adoptent sont parfaitement dans la ligne et ils ne s’en écartent pas. Avec une rigueur toute scandinave, ils suivent l’autoroute qui mène directement au trou noir : "La fusion dans le même"…

Dans ce registre, ces braves gens ont déjà fait des efforts méritoires, que ce soit dans le vocabulaire (ICI), les "façons de faire" () ou les investissements (et LÀ) Mais ils continuent d’avancer :  

Un nouveau pronom personnel neutre vient de faire son entrée officielle dans le dictionnaire de l’Académie suédoise : «hen». Le porte-parole de l’Académie s’en réjouit et en fait tout un plat car il était très rare qu'un pronom personnel nouveau s'impose dans une langue !
Conçu par des linguistes dans les années 60, en pleine vague féministe, le «hen» visait à éviter de dire ou écrire "il/elle" (« han/hon » en suédois) dans les situations politiquement incorrectes.
Tombé en désuétude après avoir été à la mode le temps que ce calme 68, l’usage du «hen» est réapparu dans les années 2000. Au point qu’on le trouve déjà dans des textes officiels, des jugements, dans les médias et la littérature sans connotation militante. Comme le dit sentencieusement l’expert de l’Académie, il permet de se référer à une personne soit sans dévoiler son sexe, soit parce qu’on l’ignore [^^], soit parce que la personne évoquée se revendique transgenre ou soit parce que le locuteur ou rédacteur estime superflu cette information…
Bref, respecter l’autre - je dis bien l’autre, pas l’Autre - implique, semble-t-il, toujours en marchant sur des œufs, de ne le considérer que comme une entité indéterminée, un concept flou, une virtualité ? Rien ? La politesse élémentaire comme le respect dû à l’autre conduirait donc à ne l’évoquer que dans son non-être ?

Que c’est beau ! La connerie est cosmique et le trou noir est devant nous…
     

9 commentaires:

  1. Hen qui veut dire poule en anglais, par ailleurs ... Annette Lanonymette .

    RépondreSupprimer
  2. kobus van cleef26/03/2015 10:25

    cette volonté de cliver vient en fait d'une infusion lente, une certaine percolation de valeurs bibliques de vengeance alliées à un aspect revanchard tout à fait infantile
    dit autrement, les princes républicons qui nous gouvernent n'ont pas passé leur stade anal
    témoin ,l'affaire du mariage inversé
    ça s'est passé sur le mode "vous aimez pas les paydays , hein, vous les aimez pas ? hé ben tiens , en v'la une louchée en plus ! tiens ,peuple idiot , bouffe du payday ! matin , midi ,soir ! ça tef'ra les pieds!"
    ou alors la submersion démographique qu'on constate dans les quartiers ( les quartchés )....."vous aimez pas les n'haîgres ? vous aimez pas les gris ? on va vous en coller nom de d'la ! ça va vous ressortir par le trou d'balle ! et venez pas vous plaindre , tas de racistes ! surtout fermez vos gueules , votez , votez pour nous, bossez , payez vos impôts , et dites que la soupe républiconne vous plaît ! quoi ? toi là bas , t'es pas d'ac? quoi ? tu vas voir , mon salaud ! tu vas voir ! l'appart à coté du tien , une famille de maliens , pour commencer ! et puis ton emploi de contre maître , d'exploiteur des pauvres ouvriers , comptes là dessus ! ton usine vient de fermer ! "

    c'est du moins l'impression qui en résulte , trouvez pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a dans votre lecture des faits quelque chose de babylonien, gomorrhéen et pré-néotestamentaire, moi j’trouve….

      Supprimer
    2. kobus van cleef26/03/2015 18:39

      mais tutafé , tutafé , cher ami !
      ce sont des fruits du même arbre, comme on dit
      la mesquinerie des superstitions du désert ,décomplexée par le sentiment de toute puissance des gosses mal élevés qui font mine de nous gouverner
      ou alors expliquez moi ça autrement
      en tout cas , ça ressemble bougrement à ce type de réaction
      et sur tous les plans
      réglementaire ; lorsqu'on "fait un plan de prévention du risque " dans une entreprise , y a pas intérêt à oublier quoi que ce soit , parce que là ....surtout l'imprévisible , genre la femme de ménage ivre morte ou l'employé sous substances ci devant illicites qui appuie sur le bitoniot interdit....t'es bon comme la romaine...
      zosiétal ; j'ai déjà exposé ça plus haut
      fiscal ( fistal ?) ; on nous annonce encore des contrôles sur les délais de paiement des entreprises avec naming et shaming ( dénonciation et stigmatisation ) pour "ne pas pénaliser la croâssance" alors que le pire des payeurs reste , et de très loin, notre état tout puissant que le monde entier nous envie ( t'as pas payé à 30 jours? ha mon salaud , tu vas voir ! sur la place publique , ton bizness ! et tant pis si la partie correspondante ne t'as pas livré ce qui t'était dû ...on s'en cague !)
      culturel ( si on peut employer cette expression en causant de nos néarques , culture? kultur , plutôt , gross kultur !) sur le mode "tu l'aimes pas le frac bourgogne ? tu l'aimes pas beaubourg ? hé bien tiens , mange ! en voilà ! des colonnes de buren , du olivier py , du piss christ ! et du mac carthy , en plus ! quoi , tu intolères ? quoi , tu réponds ? mais non de moive , tu la veux , ta tournée , ton indignité nazionale ? nazi , va ! sale nazi !"

      et tout à l'avenant

      avouez qu'on aurait du mal à trouver la trace d'un comportement adulte là dedans

      Supprimer
    3. kobus van cleef26/03/2015 18:42

      c'est l'aspect punitif du truc qui lui donne son vernis vétérotestamentaire
      genre talion vivrensemblesque , voyez ?

      Supprimer
    4. votre dernier commentaire posté répond synthétiquement au bien "cébien"
      Sinon, veuillez noter que vous avez dépassé votre quota de signes et espaces. Ce sera retenu sur vos gages.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. kobus van cleef27/03/2015 21:47

      merci , douce mouette
      vous êtes bien chouette !

      Supprimer