"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

samedi 25 avril 2015

Le roman national, l’impératif d’audience et les clowns…



Figurez-vous que notre Najat, ministre de l’Education Nationale par la grâce de sa féminité diversifiée islamo-compatible quoique pasionaria du genre et à sa dentition convenablement dimensionnée ; notre Najat, donc, était au moins jeudi et hier en visite officielle es qualité au… Chili. Ne me demandez pas pourquoi. L’étude du système éducatif chilien pourrait en être la raison, ce qui justifierait la dépense de kérosène au vu de l’état du notre. A moins que ce ne soit qu’une visite de courtoisie à Michelle Bachelet, socialiste encensée sous nos latitudes, d’autant qu’icelle fut Secrétaire générale adjointe de l’ONU chargée de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes (poste créé pour elle) avant d’accéder à la présidence du pays ; chose de nature à créer des liens entre les deux dames…

Quoi qu’il en soit, notre chère Najat a jugé nécessaire d’envoyer de là-bas un communiqué pour répondre à ce qu’elle a qualifié de "présentations volontairement polémiques qui ne visent qu'à politiser un enjeu essentiel, celui de la transmission de notre histoire commune et du récit national, qui exige que le consensus le plus large soit recherché".

N’ayant pas suivi le film, je me suis un peu rencardé sur ce dont il s’agissait : Les projets de programmes scolaires du primaire et du collège devant entrer en vigueur à la rentrée de septembre 2016 ont été publiés il y a dix jours par le Conseil Supérieur des Programmes, une instance "indépendante" créée en 2013. Après un petit mois de "consultation des enseignants" qui démarrera début mai, la ministre "saisira" le CSP "pour qu'il fasse évoluer ses projets initiaux, tant sur la forme pour veiller à leur clarté et à leur visibilité que sur le fond là où c'est nécessaire"… Bon. 

- En ce qui concerne l’Histoire, notamment, "l'enseignement laïque des faits religieux sera renforcé dans les nouveaux programmes", ce qui implique évidemment de faire des choix "puisqu'il est impossible, au regard du temps disponible, de prétendre proposer le récit continu de l'évolution historique". Assurément, il ne saurait être question de raboter le temps consacré à l’Empire du Monomotapa… Il y a donc des modules obligatoires accompagnés de sous-thèmes laissés au choix de l’enseignant qui ne manquera pas de tenir compte de leurs potentiels d’intérêt pour retenir l’attention de sa classe…
Ainsi, en cinquième, par exemple, le thème obligatoire "Société, Église, et pouvoir politique dans l'Occident chrétien XI°-XV° siècles" comportera obligatoirement un chapitre sur "la construction du Royaume de France et l'affirmation du pouvoir royal du X° au XV° siècle" et, au choix, un seul des sous-chapitres "une société rurale encadrée par l'Église" ou "essor des villes et éducation". Dans la partie obligatoire, entre "enseignement laïque" des faits et "impératif d’audience" auprès d’une population d’élèves riche de sa diversité, non seulement une édulcoration, voire un effacement, de l’apport de la chrétienté dans le "roman national" rendra celui-ci assez baroque, mais traiter de la construction du Royaume de France sans évoquer la dimension sacrée du pouvoir le rendra complètement incompréhensible pour un esprit normalement câblé (à croire que c’est le but recherché). Quant au choix en option, entre "une société rurale encadrée par l'Église" ou "essor des villes et éducation", devinez lequel sera choisi…

- Et puis il y a les clowns. Mais rien que des clowns blancs, pas d’Augustes. On les appelle des "pédagogistes" qui doivent faire sérieux. Comme les médecins de Molière, ils ne peuvent démontrer leur expertise qu’en psychédélisant leur vocabulaire pour faire admettre qu’ils ont réinventé l’eau chaude.
Ainsi, l’histoire-géo évoquée plus haut s’enseigne et s’acquiert en "produisant des messages à l’oral et à l’écrit" (Page 5 du cycle 4) et l’objectif des cours de "langues étrangères et régionales" est "d’aller de soi et de l’ici vers l’autre et l’ailleurs" (Pages 17 du cycle 4)…
Evidemment, les matières académiques ne sauraient être les seules à profiter de ces novations indispensables au renouvellement de l’espèce citoyenne. C’est ainsi que les collégiens seront invités à "se déplacer dans un milieu aquatique profond standardisé" afin de "traverser l’eau en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête." Le ministre Ferry (Jules, pas l’autre) se serait contenté de dire "nager dans une piscine"… Mais c’était avant
Il n’y a pas d’Augustes, disais-je, car on n’imagine pas un Falstaff mal fagoté au nez rouge se roulant pas terre d’un rire gargantuesque à l’écoute d’un pédagogiste, clown blanc à la triste figure : Ce serait un truc à dégonfler le mammouth comme personne n’a jamais pu le faire. Défense de rire, donc, d’autant que les nouveaux programmes sont qualifiés noir sur blanc par le CSP de "plus simples et plus lisibles"    

Mais Najat était au Chili ; et c’est l’automne là-bas. 


8 commentaires:

  1. Pourquoi essayez-vous de me gâcher mon week-end?

    RépondreSupprimer
  2. sans doute que piscine est devenu un gros mot

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai rien compris; pas de votre propos, Monsieur Plouc, mais du galimatias gouvernemental qui est trop intellectuel pour les neurones qui me restent.
    Quelle joie d'être gouvernés par de tels génies: on se sent protégés.

    RépondreSupprimer
  4. je ne sias même plus comment nous marchons avec ces socialos: Sur la tête, horizontalement, verticalement, spiralés, bondissant. nageons-nous ou déplaçons-nous, vers ici ou vers ailleurs,ils sont devenus fous, nous le savons. pas eux.

    RépondreSupprimer
  5. kobus van cleef26/04/2015 21:15

    produire des messages à l'oral et à l'écrit.....certes....et à l'anal?
    non pas à l'anal
    tant pis

    RépondreSupprimer
  6. kobus van cleef01/05/2015 20:43

    j'ai laissé passer ça
    elle est allé au Chili
    moive pareil
    sympa comme pays
    mais Santiago , bon, c'est pollué
    sinon , l'Atacama c'est chouette
    pas un pégrelleux et dès que tu sort une cibiche y a 20 personnes qui sortent de derrière un cailloux pour te demander du feu
    et ces nuits incroyables !
    un air cristallin qui te rentre direct au fond des alvèoles ( la température tombe plus que vite ) !
    bon , j'ai tout dit sur ce qui m'a frappé
    ha si
    les chiliens , du moins à Santiago , sont vraiment des Hallemands !
    pire qu'aux states , t'as pas intérêt à traverser en dehors des clous !

    RépondreSupprimer