"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

lundi 15 juin 2015

Aller visiter les vieillards…



Mardi dernier, dans l’énumération des sauts de puce de la folle semaine présidentielle, j’en étais resté à l’inauguration de Vinexpo ce dimanche. Aujourd’hui lundi, sans même s’octroyer une journée de repos comme les musées nationaux, notre Pédalonaute démarre sans débander par une visite au Salon de l’aéronautique avant de s’embarquer aussi sec pour une visite de travail de quelques heures en Algérie.

Annoncée nulle part, cette visite aux allures d’impromptu interroge… "Visite éclair" de quelques heures motivée – si l’on en croit ses propos à sa descente d’avion – par deux soucis : 1°- Renforcer la place de la France comme premier partenaire économique de l’Algérie et, 2°- Saluer le rôle de l’Algérie dans la lutte contre la menace djihadiste et pour le retour de la paix au Mali…
Or, sur le premier point, le Président n’était pas accompagné comme de coutume par la tripotée habituelle de chefs d’entreprises…
Sur le second point, il n’était accompagné que par un seul ministre, l’incontournable Laurent Fabius, vieux crouton de la Mitterrandie et, il est vrai, seule vraie compétence politique résiduelle de notre bande de bras cassés. Personne de l’Intérieur ni de la Défense… En revanche, il avait emporté dans ses bagages Michel Vauzelle et Patrick Menucci, deux socialos fidèles de chez fidèle tous deux très actifs auprès des associations algériennes des Bouches-du-Rhône, l’inévitable Benjamin Stora en charge de l'Institut de l'Immigration et l’inoxydable quoique tas de de rouille Jack Lang, président de l'indispensable Institut du monde arabe…
Ce séjour d’une demi-journée sur le sol algérien sera largement amputé par la visite de courtoisie qu’il rendra à Abdelaziz Bouteflika : Une petite heure à prévoir plus l’aller-retour à quarante bornes d’Alger pour voir la momie dans son EHPAD d’Etat à Zéralda, peut-être dans une ancienne caserne du 1°REP… Faut dire qu’après la visite à Fidel Castro, pouvoir se faire un selfie avec Boutef’ qui ne s’est plus adressé à son peuple depuis trois ans et a encore quatre ans de mandat à tirer, non seulement notre Pédalonaute n’allait pas rater l’occase, mais en plus ça le fait peut-être rêver…
Et à part ça quoi ? Avant, il aura bien sûr un entretien d’une heure avec le chef du gouvernement, ce qui permet à l’Elysée de qualifier le déplacement de visite de travail avec le kérosène qui va avec. Après, il fera une conférence de presse suivie d’un dîner officiel et… reprendra l’avion.

Bref, la qualité de ses accompagnateurs, notamment des deux marseillais vieux renards politiciens experts en électoralisme et clientélisme subventionnaires en général, et en beur-isme en particulier, ne laisse guère de doute sur la nature de cette "visite de travail". Plus rentable que sous les préaux d’école et qu’à tâter le cul des vaches dans les comices agricoles, il s’agit d’une "tournée électorale", l’horizon 2017 restant avec le COP21 les seuls vrais objectifs de la politique fwançaise pendant que Manu-la-Mâchoire fait ou ne fait pas joujou avec le 49-3.
Bien sûr, on ne saura rien des contreparties attendues par ses hôtes algériens qui, eux, ne parlent pas de "visite de travail" mais de "visite d’amitié"…  Reste d’ailleurs à savoir s’il s’est adressé aux bons interlocuteurs… De toute façon, le kérosène ne sera pas dans ses comptes de campagne…
___

PS : Petit retour anecdotique people sur sa visite de vendredi dernier à Angers :
Lors de son discours à l’inauguration de la "Cité de l’objet connecté", il y avait un des miens dans la salle. Et, bien entendu, le Pwésident n’a pas manqué de faire une de ses petites blagues : Evoquant la ville, il a placé "- Vous savez que j’ai des attaches à Angers…" Aussi sec, tout le monde s’est regardé en coin. Car chacun sait que Valérie Trierweiler née Massonneau est d’Angers où ses parents résident et qu’il était reçu chez eux…  
Après un temps de silence, la mine réjouie, tout content de son effet, il  a poursuivi : "- Angers où j’ai fait mon service militaire !"
Ce type est vraiment à jeter.


3 commentaires:

  1. kobus van cleef15/06/2015 21:43

    il est allé changer les couches du vieux bouteff' ?
    pas sûr qu'il soit couché sur le testament....
    il reprendra plutôt un plein bol d'humiliatine , un composé sécrété par la glande pituitaire dans les cas d'humiliation profonde et répétée
    cul sec !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vos références plus que fréquentes à vos savoirs de carabin finissent par lasser. Qui vous dit qu'il bénéficie d'une glande pituitaire ? Moi qui n'y connaît rien, on me dit qu'elles n'existent que chez les vertébrés...

      Supprimer
    2. kobus van cleef16/06/2015 03:57

      Allons allons !
      La glande pituitaire est connue depuis la plus haute antiquité
      Attestée par mathusalem et Giscard d'Estaing, c'est dire si c'est vieux
      Pour le reste, la vie c'est l'homme et l'homme c'est, jusqu'à plus ample informé, sa ou ses maladies
      Croyez vous que Molleglande serait au pouvoir si grosse bécane n'avait pas été malade de la zezette ?
      Et croyez vous que Chirac aurait pu monter sur le trône si la mitte n'avais pas eu la prostate blette ?

      Mais promis, je vais me modérer

      Supprimer