"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 19 août 2015

Jeux de dames



Enfin ! Enfin je sais qui est Axelle Lemaire ! Vous connaissiez ? Moi, heu, le nom me disait quelque chose, hein, j’ai forcément dû entendre ce nom-là au moins deux fois, articulé par nécessité sur le perron de l’Elysée par le Secrétaire Général. Mais bon, on peut oublier, n’est-ce pas ?
Axelle Lemaire, donc, est depuis un an, quatre mois et dix jours Secrétaire d’Etat chargé du Numérique des gouvernements Valls. Un truc qui en jette, la French Touch de la French Tech,  un truc rattaché directo en Sinistre de l’Economie et du redressement productif (ne l’oublions pas celui- là), c’est dire si c’est important. Si important, que l’économie numérique, hein, c’est le truc que ni le Président ni le Premier ministre n’omettent de glisser dans tous leurs discours de politique générale (très générale) et autres prophéties sous Durex pour l’éternel futur… Bref, on peut légitimement penser que Madame Axelle Lemaire, (oui, elle existe, les medias l’ont rencontrée) est un rouage important du bousin. Il l’est. Forcément…

J’ai enfin pu en prendre conscience hier car toutes les agences se sont fendues d’une dépêche pour nous rappeler l’existence de cette chère Axelle. Venait-elle d’annoncer une avancée dans son toujours futur projet de loi sur l’économie numérique ? Ben non.

Axelle Lemaire est enceinte de son troisième enfant et "elle s'est chargée d'annoncer lundi soir en personne l'heureux événement à venir" à Frankie Pédalonaute et Manu la Mâchoire ! Et les dépêches de nous préciser que "Les deux têtes de l'exécutif l'ont félicitée". C’est vrai que ça compte pour 43 signes et espaces et quand il faut tirer à la ligne sur l’action gouvernementale, c’est toujours ça de pris.

Je m’en veux donc beaucoup de n’avoir jamais parlé ici d’Axelle Lemaire ; enfin, beaucoup si on veut… Ça confirme surtout que je n’informe pas régulièrement mes lecteurs des choses importantes… Il est vrai que, la flemme et la lassitude aidant, j’ai renoncé d’actualiser mon pensum [1] depuis le premier gouvernement Ayrault qui avait rallumé la lumière. Faut dire aussi que l’accélération de la machine [2] est épuisante pour mes coronaires…
Mais bon, revenons à Axelle Lemaire. Pour vous instructionner, je vais faire un effort.
Franco-canadienne arrivée en Fwance à 16 ans, Axelle a évidemment fait Sciences Po et du droit international à Paris et Londres. Avocate, elle a notamment travaillé plusieurs année auprès d’un député travailliste à la Chambre des Communes. Elle était depuis 4 ans secrétaire de la section PS de Londres lorsqu’elle a été élue dans la vague rose de 2012 députée d’une circonscription nouvellement crée des Français à l’étranger. Elle était sûrement déjà quelqu’un jugé important dans le sérail puisque, dès son élection, elle fut pressentie sur proposition du Pédalonaute lui-même pour entrer au gouvernement comme ministre déléguée en charge des Français de l’étranger. Il s’agissait d’en "décharger" Yamina Benguigui – l’erreur de casting par excellence – nommée un mois plus tôt et qu’on jugea suffisamment occupée comme ministre déléguée à la seule francophonie jusqu’à ce qu’on puisse l’exfiltrer discrètement lors d’un prochain remaniement… Axelle refusa, voulant continuer d’habiter à Londres… On chercha donc quelqu’un d’autre pouvant faire l’affaire. Ce qui nous a permis d’apprendre fugacement l’existence d’Hélène Conway-Mouret, sénatrice des Français de l’étranger également sortie du chapeau en 2012…
L’an dernier, enfin, notre Axelle consentit à venir habiter principalement en France et fut nommée Ministre déléguée à l’économie numérique histoire de meubler le poste, Fleur Pellerin ayant laissé la place vide pour aller remplacer Filippetti à la Kultur…

On bricole avec ce qu’on a.

Bref, Axelle Lemaire est à n’en point douter une actrice importante, du théâtre d’Etat peut-être, des jeux de chaises musicales femelles du PS, sûrement.

Interrogée par quelque journaliste sur l'équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle, Axelle a répondu :

"Je dis merci le numérique ! Mon quotidien a désormais intégré Skype. Mes enfants peuvent me voir et je peux les voir, même quand je ne suis pas là. L'image les rassure. Et me rassure."

Est-ce que l’image nous rassure ?

[1: ici, ici et et encore
[2: ici

2 commentaires:

  1. Et une robe de grossesse bien taillée

    RépondreSupprimer
  2. Mais non! comme autrefois les chaussettes le bedon de 7,8 ou 9 mois ne se cache plus, il s'exhibe dans des vêtements bien moulants.

    RépondreSupprimer