"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

"Il y a deux aristocraties : celle du haut et celle du bas. Entre les deux, il y a nous, qui faisons la force de la France.

dimanche 30 août 2015

Réflexion en passant sur l’usage des citations.



Attention aux citations sorties de leur contexte…
Quand De Gaulle disait que "la politique de la France ne se fait pas à la corbeille", d’abord il y avait encore une corbeille à la Bourse. Ensuite, le pays était en croissance, sans dette ni chômage, maître de ses taux et du rapport de sa monnaie… Enfin, la Chine était une sorte d’énorme Corée du Nord qui ne comptait économiquement pas plus que la Yougoslavie quand elle toussait. Aujourd’hui, en matière d’exportations, d’importations, d’investissements, d’hypothétique croissance, de compétitivité monétaire, nous sommes fichtrement dépendants de ce géant, de ses banques opaques et de ses stratégies secrètes imprévisibles ; sans compter qu’elle est sans aucun doute les plus gros porteurs de créances sur le Trésor fwançais…
Quand le Pédalonaute déclare que "nous ne nous décidons pas en fonction des indices boursiers", il n’est pas sur notre planète. Quand il veut nous (se) rassurer en disant que la crise chinoise est marginale, il se met la tête dans le sable. Et quand il propose son aide à la Chine !!, il achève de se ridiculiser – et de ridiculiser la France – en portant la débilité mentale et l’incompétence politique à des niveaux encore jamais atteints par aucun chef d’Etat, laissant sur place l’Empereur Bokassa et même Xerxès qui avait fait fouetter la mer pour la punir d’avoir rompu un pont de bateau sur l’Hellespont…

Tiens ! Une autre citation :

"Un bureau encombré dénote un esprit encombré. Que dire d’un bureau vide ?"
Albert Einstein

De quoi j’me mêle ?
(bureau d’Einstein tel qu’il était le jour de sa mort)

Pourtant, " Les fondamentaux sont là ! " :



3 commentaires: