"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

dimanche 23 août 2015

Un résidu de fond de presse…



Nadia Daam, vous connaissez ? Peut-être si vous regardez Arte ou lisez 20 minutes (personne n’est parfait). Elle y sait faire son chemin la petite… Si elle ne vous dit rien, ce n’est pas grave. Perso, je ne la découvre qu’aujourd’hui puisqu’elle a fait la "une" de bien des sites de "réinformation", ou "d’in-faux" comme il cause l’Express…  

Aucune raison d’en rajouter. Sinon pour dire qu’elle m’a fait repenser à Anastasia Levy, une autre de ces sauterelles, toutes purs produits "parce qu’elles le valent bien" de nos lycées, de nos facs, écoles de journalopes et autres nurseries du système. Aucune raison d’en rajouter, donc, sinon l’envie de relayer ci-après le billet qu’Arnaud Florac consacre aujourd’hui sur Boulevard Voltaire au dernier touïtte indigné pondu par cette connasse :

« Émotion scandalisée de la journaliste d’Arte, Nadia Daam, à la suite de l’attentat dans le Thalys, mais ce n’est pas ce que vous croyez. Ce qui est grave à ses yeux, ce n’est pas qu’un terroriste ait tiré à la Kalachnikov dans un train. Ce n’est pas que les agents publics assermentés se soient courageusement barricadés pendant l’attentat (comme disent Chevallier et Laspalès, « y a des jours où on regrette qu’ils ne soient pas en grève »). Et ce n’est pas non plus que les passagers doivent leur salut à deux militaires américains. Non.

Ce qui scandalise la journaliste, c’est que France Info ait affirmé que l’auteur (présumé) des faits était un jeune homme de 26 ans « de nationalité ou d’origine marocaine ». Elle se fend à cet égard de deux tweets aussi impartiaux qu’élégants : « Quelqu’un peut me dire en quoi la nationalité ou l’origine mérite d’être rendue publique à ce stade du bordel HEIN ? » et « ‘De nationalité ou d’origine’. En plus putain. COMME SI C’ETAIT PAREIL ».

Bien. Rendons hommage à cette jeune femme : ce n’est pas du tout pareil. On ne peut lui enlever cela. Il n’en reste pas moins que ce jeune homme est d’origine, sinon de nationalité marocaine. Et que les deux hommes qui ont héroïquement maîtrisé ce terroriste sont de nationalité américaine, et sont militaires de profession. Il conviendrait peut-être de twitter un autre haïku assassin, du style « Quelqu’un peut me dire en quoi ça nous intéresse que les mecs soient américains BORDEL ? », puis peut-être « Et militaires en plus. Comme si ça changeait quelque chose pour désarmer un mec avec une kalach PUTAIN ».

A l’évidence, il s’agit là d’un nouveau « deux poids deux mesures » de la part d’une certaine presse. Mais oui, vous savez : quand deux militaires sont accusés de pédophilie en Centrafrique, L’Obs titre « l’honneur sali de l’armée française », mais quand un directeur d’école déjà condamné pour attouchements organise une semaine du goût avec son sexe, cela ne semble guère salir l’honneur de l’Éducation nationale. Là, c’est pareil : on ne s’émeut guère que la nationalité américaine des deux héros soit rendue publique. Cela en dit pourtant long, me semble-t-il, sur l’état de la conscience collective du citoyen-roi d’une démocratie en paix (celui qu’Ortega y Gasset appelait le « señorito satisfait »).

A quand un communiqué plus neutre, pour faire plaisir à la douce Nadia: « Une personne tire avec une arme dans un train sur des personnes. Deux personnes la maîtrisent. Âgé d’un certain nombre d’années, le tireur présumé serait né quelque part. » (« …et pour celui qui est né, c’est un peu le hasard », chantait Maxime Le Forestier qui pour une fois n’avait pas tort).

Plus sérieusement, il conviendrait de ne pas insulter les faits. Il se trouve que les tueurs des gauchistes de Charlie Hebdo ne s’appelaient pas Jean et François Martin, qu’ils n’étaient pas nés à Vierzon. Il se trouve que Mohammed Merah, Mehdi Nemmouche, Coulibaly et les autres n’étaient pas d’origine lituanienne, argentine ou néo-zélandaise. C’est comme ça. Et ce n’est pas la peine de s’énerver. »
 Arnaud Florac 

2 commentaires:

  1. Finalement, il n'y a que le pinard qui aura droit à une appellation d'origine qui indiquera son terroir, l'homme n'aura plus le droit d'en avoir une. C'est ça le progrès, un immense gloubi-boulga indigeste, où les racines auront disparu. Mais sans racines, une plante meurt, un homme aussi.

    Le Nain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef26/08/2015 07:21

      Le pinard ,les vaches et le fromatch'
      Toutes choses de qualité
      L'homme lui , forcément sans qualité , comme l'écrit Musil ,retourne dans la tambouille originelle
      C'est du matos de base
      Il n'y a plus ni Jésus de Nazareth ni Saddam de Tikrit

      Sinon ,le terme sauterelle pour designer les journalisses femelles me plait bien
      Sauf qu'on d'avance inutilement
      En effet, on n'a pas vu leurs cuisses
      Peut être que les dames en question sont courtaudes et basses du cul

      Supprimer