"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 8 octobre 2015

Les indicateurs cruels…



Il est d’usage chez l’homme politique (la femme incluse, c’est pas moi qui fait les règles de la langue) de publier un livre, généralement à un moment qu’il juge opportun pour sa carrière, ou simplement pour ne pas trop qu’on l’oublie… Les brûlots et pamphlets publiés avec ou sans nègre par des signatures qu’on voit souvent à la télé font d’assez bons succès de librairie comme, par exemple, ceux de Mélenchon ("Virez-les tous" ou son récent "Le hareng de Bismarck" sur Merkel – 37.323 ex. vendus) Ce serait d’ailleurs le moment pour Nadine Morano de sortir une brochure dans cette veine-là ; ça devrait l’aider à garnir sa cassette en vue de sa candidature à la primaire. Je dis ça, je dis rien… 
En revanche, les ouvrages consciencieux qui se voudraient sérieux (toujours publiés avec ou sans nègre…) peinent à se vendre en quantité convenable pour l’égo de son auteur, seules les personnalités "têtes d’affiches" arrivant à écouler des tirages répondant aux espérances de l’éditeur.

L’institut GfK – une référence pour les professionnels de l’édition – établit pour chaque titre un état du nombre d’exemplaires écoulé par période de deux semaine. Et les résultats sont cruels pour certains…

- C’est ainsi que pour ses deux premières semaines de mise en rayon, François Fillon ne s’en tire pas trop mal. C’est même un bon départ aux dires des spécialistes pour un auteur "qui ne fait pas forcément rêver" : 

Son essai "Faire", programme en vue de la primaire et réflexions personnelles, s’est vendu à 15.864 exemplaires durant la période. Et au dernier classement hebdomadaire des ventes tout confondu (BD, polars, romans de gare, Bescherelle et Christine Angot réunis) il est en 6° place sur les 200 premiers classés. 

Et qu’ont fait pour leurs quinze premiers jours respectifs les derniers politiques ayant publié ?

- Alain Juppé - "Mes chemins pour l’école" : 9.764 ex.
- Rama Yade - "Anthologie regrettable du machisme en politique" : 989 ex.
- Cécile Duflot   ("Le grand virage") : …665 ex.
Et…
- J.C.Cambadélis – the Péèsse number one himself - ("A gauche les valeurs décident de tout") :

…326 ex. ! *

* [incluant certainement les exemplaires achetés par les fédérations du parti…]

Bien évidemment, aucun des quatre derniers cités ne figurent dans le top 200 de la dernière quinzaine.

Mais que Cambadélis se rassure ! ll peut encore espérer laisser le record du pire flop dans le genre à Anne Hidalgo dont l’œuvre magistrale "Mon combat pour Paris" publié pour les dernières municipales ne s’est vendu au total qu’à… 628 exemplaires…
Ce n’est donc pas un indicateur des prochains résultats du Parti.

Encore que… 


8 commentaires:

  1. Vous voulez vous amuser ? Chinez un livre d'un politique datant d'une dizaine d'année, lisez le et marrez vous. Si vous êtes amateur d'histoire, il y a des livres d'entre les deux guerres assez croquignolets qui nous expliquent qu'Hitler n'est pas une menace et que de toutes façons, nous écraserons l'Allemagne.

    Le Nain

    RépondreSupprimer
  2. Que de papier gâché...
    Sinon 2084 dont j'ai parlé sur mon blog sort de toutes les sélections littéraires de la rentrée. Ce n'est que justice : son livre est imbitable (au final, comme il dit à tout bout de champ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai évidemment pas lu le bouquin de Sansal dont les qualités de romancier sont je crois peu discutables (par rapport à une médiane de référence incluant les Nothomb et autres Angot...) mais je m'en tiens à la critique de Bruno de Cessole qui lui consacre 2 pages dans Valeurs Actuelles de la semaine dernière : " Un des livres importants de cette rentrée, davantage en raison de sa porté politique et de la personnalité de son auteur que de sa réussite formelle." "...plus malaisé encore de s'attacher aux personnages qui restent des silhouettes abstraites à rebours de ceux d'Orwell ; la quasi absence de dialogues ne contribue pas à insuffler la vie à des pages où l'ennui pointe..." Comme les choses sont bien dites^^

      Supprimer
    2. kobus van cleef08/10/2015 19:06

      ce matin /midi sur vronze cul , ils ont invité un amerloque qui a commis un bouquin de pirate , d'anarcho !
      "paperasse "ou "bureaucratie"....
      le mec avait l'air assez cortiqué et ça me brancherait bien de me le lire
      mais je suis flemmard ....
      sa thèse est difficile à prendre en défaut , la bureaucratie envahi le monde
      la fabrique de la norme aussi et ça il en a pas parlé
      pasque les normes , hein, je sais pas qui les invente , mais , à la longue, à force d'à force , bon , vous m'avez compris

      Supprimer
    3. Kobus, z'avez pas noté le nom du type et du bouquin ?

      Supprimer
    4. kobus van cleef08/10/2015 21:54

      le titre c'est "bureaucratie" , l'auteur , ben c'est un nom américain....
      je tente de regarder sur le site

      Supprimer
    5. kobus van cleef11/10/2015 22:00

      voilà "bureaucratie" de david graeber chez "les liens qui libèrent"
      encore un antimoderne
      un peu comme moi

      Supprimer
  3. En matière de livre politique du moment, je recommande le dernier de De Villiers: "Le moment est venu de dire ce que j'ai vu". Le ton méprisant pour l'évoquer, d'un obscur chroniqueur bien-pensant de RTL m'a convaincu qu'il devait être intéressant. Je n'ai pas été déçu. Et malgré l'ostracisme médiatique à son égard, évident et attendu, je crois qu'il fait une belle performance en termes de vente.

    RépondreSupprimer