"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

lundi 26 octobre 2015

Des lapins dans les phares…



C’était cool… Oui, c’était cool.
- Bien sûr, en dépit de quelques yoyos d’amplitude epsilon pour meubler le 20h en se croyant Charlie, les cotes de popularité des uns et des autres faisaient du rase-bitume. Mais leurs trends permettaient d’espérer trouver du gaz de schiste sans avoir à se baisser…
- Bien sûr, la Madelon d’Hénin-Beaumont, elle, montait vers le plafond. Mais ça aussi c’était cool : Il suffisait de la stigmatiser, croquemitaine de gouvernement, puisque, au final, il y aura toujours au deuxième tour une addition suffisante de bas-de-plafond pour passer d’au moins un chouïa au-dessus de son plafond de verre…
- Bien sûr, il y avait la scandaleuse ghettoïsation des quawtier et les exigences communautaristes de l’Islam. Mais il suffisait de calmer le jeu en déversant un tas de pognon, de financer des mosquées et de faire tourner le moulin à prière de l’antiracisme. La preuve, c’est que la haute époque des grandes émeutes urbaines était finie. Il est vrai que ça brûle maintenant tous les jours et partout, mais ce ne sont que des escarmouches de frontières si nombreuses qu’on oublie d’en parler au 20h. L’ordre règne dans les zones de non-droit. Quel ordre ? Ne posez pas de question idiote. C’était globalement calme et c’était l’essentiel…

Bref, comme disait De Gaulle, on pouvait continuer à faire tranquillement sa petite cuisine dans son petit pot. C’était cool…

Ouais, Mais voilà…

- Il y a maintenant la marée irrépressible d’immigrés clandestins, de sans-papiers, de migrants, de réfugiés qui a tournée au tsunami depuis que la photo recadrée d’Aylan a enfoncée d’un seul coup d’un seul tous les Je suis Charlie et autres émotions fugaces. Aylan, ce petit Syrien noyé parmi tant d’autres ; noyé parce que son papa qui vivait depuis trois ans en Turquie voulait se faire refaire les dents aux frais de la sécu allemande. Depuis, il a préféré retourner chez lui. Il a donc suffi de médiatiser ses pauvres petites fesses rebondies pour déclencher la clameur "- Venez tous !", "- Vous serez chez-vous !", "- Nous allons vous soigner, vous nourrir, vous loger !"… Et maintenant, on ne sait plus quoi en faire. On ne sait plus où les mettre. On les stocke, on les empile, on les répartit, on les déplace, on en remplit les écoles et les casernes, on vire nos SDF des asiles de nuit et nos concitoyens modestes des listes d’attente de logements HLM pour faire face à l’urgence  
"L’Europe n’a pas connu ça depuis la dernière guerre !" Cette phrase, on nous la répète ces jours-ci. Sous-entendu ce n’est pas grave puisqu’on y a déjà survécu et eu les trente glorieuses dans la foulée ! Alors que c’est une menterie, une désinformation cynique : En 1944-1950, il y a eu des territoires qui ont dû absorber des millions de déplacés, c’est vrai. Mais c’étaient des Allemands expulsés de l’Est vers l’Allemagne, des Polonais expulsés de Russie vers la Pologne, des Grecs expulsés de Turquie vers la Grèce et vice-versa, des Hongrois expulsés de Roumanie vers la Hongrie, etc. Rien à voir !
Aujourd’hui, c’est l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie Centrale qui viennent s’installer en terrain conquis en exigeant d’importer leurs coutumes et leurs conceptions des rapports de force démocratiques. Et chaque jour avec plus d’arrogance…
Pas question de fermer les portes, d’ailleurs on n’en a pas les moyens. Pas question, évidemment, de tirer dans le tas…
- Parallèlement, tout l’existant dont on avait l’habitude et sur lequel on pensait pouvoir compter part en couilles. Prenez l’exemple des Roms. Gitans, Romanichels, "gens du voyage" sédentarisés ou non, étaient bien intégrés dans le système : On rentrait le linge quand le garde champêtre anticipait une "passée de Manouches" ; ils volaient des poules, de la ferraille et vidaient quelques maisons de ci, de là ; ils avaient leur fiche à la gendarmerie et leur rond de serviette dans nos prisons… Bref, ils étaient prévisibles et prévus dans le système. Et voilà qu’ils ont compris que le Roi est nu, tout nu de chez tout nu. Pourquoi s’en priver ? Eux n’ont pas l’intention de se laisser marcher sur les pieds par les nouveaux venus. Puisque la maréchaussée est à poil, ils montrent qu’il faudra compter avec eux : Ils peuvent tenir les routes… Et donc l’économie…
Et des syndicats aux assoc’s, des groupes ethniques aux ZADistes, tout le reste est à l’avenant…

Bref, tout part en couilles. Et de Hollande à Juppé, de Mélenchon à Sarko, de Valls à Cazeneuve, de Cambadélis à Duflot, de Merkel à Junker, de Ducon à Machin, ça courre dans tous les sens comme le lapin bien gras ayant perdu la sérénité de son clapier panique dans les phares de la bagnole…

L’exemple le plus emblématique est sans doute cet avion d’affaire (ou ces avions, je ne sais) affrété par nos impôts qui fait des allers-retours entre Calais et le sud-ouest pour déplacer à l’unité des réfugiés qui s’empressent de revenir à Calais (gratuitement transporté à nos frais par la SNCF) pour s’y faire remettre dans l’avion…

Mais nous sommes sauvés : Pour oublier l’éblouissement des phares, tel un aristo en bas de soie jouant du clavecin pendant que les sans-culottes foutent le feu à la maison, François II Pédalonaute (H16 préfère parler de Pédalomane) emmène 18 ministres dont le Premier aux Mureaux pour acter "en banlieue" une série de mesures coercitives en faveur de la mixité !  Toussa placé sous les auspices du dixième anniversaire de la mort de Zyed et Bouna, nos nouveaux Guy Moquet, morts électrocutés pour avoir fracturé la serrure d’un transformateur EDF et s’y être planqués sans lire la notice pour échapper à la police. On a les Alyan qu’on peut… 


2 commentaires:

  1. Mais c' est très très bon
    Il faut dire qu'ils vous offrent du grain à moudre

    Plus qu'hier et moins que demain leur devise

    RépondreSupprimer
  2. Ces cons de lagomorphe...:parfois celui ci se mettra a courir parallèlement a votre voiture,hesitant encore,choisira la fuite côté pneumatique...
    Très bon article en effet.
    Dominique.

    RépondreSupprimer