"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 1 mars 2017

Radio-Paris ment. Ici Sablé-sur-Sarthe…



Comme il fallait s’y attendre, depuis midi trente, c’est le chœur des indignés relayés à l’envie "dans le poste"… Gageons que nous en serons saturés ce soir au "vingt heures". Que ce soit sur TF1-Macron, France2-Hamon, BFMacronTV, etc.

- Bien sûr, devant la "sortie" comme-par-hasard par le Canard enchaîné de cette "anecdote" montée en mayonnaise qui n’était depuis longtemps plus d’actualité dans son cas et toujours répandue aujourd’hui chez les parlementaires (au moins jusqu’en janvier…), déstabilisé, en état de quasi sidération, Fillon a eu tort d’annoncer sur le champ qu’il renoncerait en cas de mise en examen. Le truc à donner les clefs à ceux qui veulent sa peau… On n’a pas fini de la lui ressortir celle-là ! Il ne respecte pas ses engagements ! A l’évidence, Macron, lui, n’a pas ce problème puisqu’il n’en prend aucun…
- Mais bien sûr aussi, il a parfaitement raison d’avoir changé d’avis devant les faits ! Et les faits sont patents : Le comportement du Parquet et tout l’environnement de cette affaire militent à nous convaincre qu’il s’agit d’une manœuvre organisée pour éliminer par tous les moyens le seul obstacle au maintien des sortants aux affaires ; que l’adversaire de Marine Le Pen au second tour soit Macron ou Hamon importe peu puisque l’un comme l’autre auront besoin des sortants pour gouverner (avec les sièges et les postes qui vont avec…) Et, au-delà du justiciable Fillon, cette manœuvre de l’Etat profond digne de la Maffia vise concrètement, avant tout à exclure purement et simplement du suffrage un pan entier et possiblement majoritaire des électeurs qui le gênent…  Il est donc de son devoir de tenir, de résister. Et quand je dis résister, c’est dans le sens de résistance au régime de Vichy…  
- Tous les autres candidats comme les membres du Gouvernement et même l’inaudible Pédalonaute entre la poire et le fromage Mickey et le Grand Orient ont pu se draper dans leur indignité en rappelant "l’indépendance de la Justice". Ils ont beau jeu de le rappeler et on peut espérer qu’ils ont raison (hum…)
Ils ont beau jeu car l’acuraba lambda ne fait pas la différence entre le Parquet et le juge du siège…  Et plus encore que les Parquets ordinaires, le fameux "Parquet National Financier" est non seulement par nature mais surtout par sa construction même et sa composition entièrement à la botte du Garde des sceaux, donc d’Urvoas, donc de Cazeneuve, donc de l’Elysée… Ayant pour raison d’être officielle une compétence exclusive sur "les affaires financières d’une grande complexité", après s’être saisi sur le champ avec gourmandise d’une info de journal satirique, il transmet aux juges d’instruction juste après le début du dépôt des… parrainages. Et trois jours après (soit quasiment dans l’heure compte tenu de l’encombrement des greffes) ces magistrats ont convoqué le suspect présumé pour lui notifier, le cas échéant, une mise en examen… Certes, c’est peut-être (oui, peut-être) par souci d’indépendance, que la convoc’ est prévue le 15 mars. Quinze jours de campagne pourrie d’avance par cet épée de Damoclès, donc. Mais aussi 48 h avant la clôture du dépôt des 500 parrainages valides pour… pouvoir se retourner, hein ?

Mais bon. Je m’égare car je voulais au départ seulement tailler un costume à un et un seul des personnages qui s’indignent depuis midi et demi : C’est Bruno Le Maire.
Car voyez-vous, cette incarnation du renouveau pour que demain soit comme aujourd’hui et qu’il-faudrait-pas-qu’on-l’oublie a tenu à faire savoir qu’il avait des principes. Oui, c’est une putain de news tu vois…
Bruno, donc, a fait savoir urbi et orbi par un touïtte avoir démissionné de ses fonctions auprès de François Fillon, au nom du "respect de la parole donnée". Toussa parce que ce dernier a renoncé à se retirer malgré ce qu’il avait promis en cas de mise en examen. Jacques de Guillebon a écrit que "la bourgeoisie a des principes mais pas de coutumes"… Je me demande si Bruno est fait pour faire de la politique…

Ah oui ! J’apprends aussi que l’UDI a annoncé suspendre sa participation à la campagne de Fillon. Hormis le fait que je ne sais pas trop si ce sera une grosse perte, cela ne me surprend pas. C’est farpaîtement dans la ligne de ce conglomérat échafaudé en son temps par Jean-Louis Borloo : Le premier de leurs fondamentaux a toujours résidé dans le coïtus interruptus…  

1 commentaire:

  1. Donc tout va bien,nous sommes dans la mer....
    J-J S

    RépondreSupprimer