"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

samedi 12 avril 2014

C’est pas nous, c’est l’héritage !



Ayrault et sa clique nous ont chauffés les oreilles pendant 22 mois en invoquant le poids de la gabegie héritée des années Sarkozy dont ils devaient supporter le passif.
Valls et sa clique de combat resserré (le combat, pas la clique) va-t-il invoquer le poids de la gabegie héritée des mois Ayrault ??

Car durant 22 mois et 15 jours, Jean-Marc et sa bande de Gribouilles sans compétences mais imbus de leur importance ont accumulé un stock d’ukases pondus à la va-vite, parfois sans réfléchir, souvent par vaine vanité et toujours sans analyse préalable des conséquences dans la durée. Il s’en est suivi au fil des mois une succession de décisions, parfois du Conseil Constitutionnel et très souvent du Conseil d’Etat, retoquant les mesures prises et renvoyant nos guignols refaire leur copie sans toutefois oser leur conseiller d’abandonner leurs chères études. J’ai la flemme d’en recenser la liste, d’autant que, bonne fille, la presse a toujours veillé à en renvoyer l’info, petits caractères, en bas de page intérieure des faits divers

Mais ce n’est pas fini. Les plus hautes instances de la justice administrative savent prendre le temps nécessaire pour instruire les recours dont elles sont saisies.     
Ce n’est donc qu’hier que le Conseil d'Etat a annulé les tarifs réglementés de l’électricité vendue aux particuliers et aux petits professionnels entre le 23 juillet 2012 et fin juillet 2013.
Décidé sans même avoir jeté un œil condescendant sur la calculette, dans l’euphorie de la victoire du changement-c’est-maintenant (ayez, svp, un souvenir ému pour le geste des deux bras à l’horizontale…), l’ukase fixait arbitrairement à 2% la majoration attendue des dits tarifs. C’est-à-dire un peanuts symbolique sans aucun rapport avec la réalité, ni des coûts d’approvisionnement de cette énergie, ni des conditions du marché, ni de l’Etat de droit s’imposant en ce qui concerne les distorsions de concurrence…  

Donc, «Le Conseil d'État a enjoint aux ministres compétents de prendre, dans un délai de deux mois, un nouvel arrêté fixant une augmentation rétroactive, sur la période du 23 juillet 2012 au 31 juillet 2013, des tarifs réglementés

Sachant que la Commission de régulation de l'énergie avait initialement estimé la hausse nécessaire des tarifs pour les particuliers à 5,7% en 2012 et même ensuite réévalué ça à 9,6%, le rappel rétroactif de facture pour l’année concernée devrait, selon le scénario qui sera retenu, être compris entre 20 et 40€ par ménage.

Demerden sie sich avec ça. Merci qui ? Ces 2%, irréels est l’exemple type de décision irresponsable du pédalonautisme de pouvoir d’achat. Le genre de caprice du Prince ne visant qu’à gagner du temps, à différer, dans l’attente eschatologique de l’inversion de la courge. Inversion qui devait venir, n’en doutez pas, en faisant tourner les moulins à prière du mariage-pousse-tout au son des psalmodies antifascistes…

Virez-les tous. 


DISJONCTEZ-LE !

6 commentaires:

  1. Qu'il sent l'ail!tousse!
    Contrepeterie qui pourra!:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef19/04/2014 18:17

      Pas pigé le contrepet, là
      Faudra m'expliquer

      Supprimer
    2. kobus van cleef26/04/2014 11:40

      Ha si !
      Qu'il sent l'ail, tousse=qu'ils s'en aillent, tous
      Ho putaingue, élaboré, le truc !

      Supprimer
  2. Qu'ils s'en aillent tous

    RépondreSupprimer