"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 15 avril 2014

Junkie raisonnable tourne héros de barricade…



Vous allez me dire que je fais une fixation sur Libé et que ce n’est pas chrétien de tirer sur les ambulances… Mais c’est comme ça. Ce n’est pas à mon âge que je vais me priver des petits plaisirs out-of-libido qui me restent dans ce monde de dingues où on veut nous forcer à mourir en bonne santé.

Libération donc. C’est un journal quotidien national généraliste de la presse écrite française. Donc, comme tous ses confrères, c’est un subventionnaire prébendier passant chaque année à la caisse au titre de "l’aide à la diffusion, à la modernisation et au maintien du pluralisme." Une aide si indispensable à la préservation du Pacte républicain qu’elle a justifié en 2012 de lui verser la modique somme de deux millions huit-cent soixante-dix mille euros prélevés dans nos poches…

Toussa pour nous donner chaque matin une lecture des infos qui nous rend chaque jour plus citoyen, plus conscientisé, plus… Enfin bref. La Une de ce lundi n’a pas dérogé à la règle :
- Le sujet de tête, celui qui efface par son importance tout le reste, eh bien c’est que Libé soi-même soit associé à une étude internationale sur la consommation raisonnée du shit, de l’héroïne et de tous ces trucs divers et variés avec lesquels tout le monde se shoote. Tout le monde, c’est-à-dire avant tout LE monde qui est celui de Libé, celui dans lequel baignent ses rédacteurs et ses lecteurs ; un monde mondain dont ils ne voient pas de raison de sortir et dont ils ne sortent pas, même quand ils prennent l’avion pour Phuket. C’est pour ça, et pour eux seulement pour ça, que ce sujet est le plus important du jour. Important comme le serait une avancée de la recherche sur le sarcome pour le bulletin de liaison d’une association des familles de cancéreux…
- Le sujet subsidiaire, c’est bien évidemment la manif contre l’austérité, vu qu’il ne faut quand-même pas oublier qu’on est né bolchos mine de rien.  "La gauche radicale retrouve la rue" C’est magnifique. Dans chaque mot, il y a un non-dit qui en dit long. D’abord, il s’agit bien de la gauche radicale, car il n’y a d’extrême qu’à droite. Et puis "La gauche [tout court] retrouve la rue", ça le fait plus… Ensuite, pourquoi retrouver la rue ? Ils avaient perdu leur chemin ? Ce n’est pas parce que la gauche-de-gouvernement n’a pas de boussole que même un Besancenot ne peut pas se payer un GPS (49,90€ en promo chez Carrefour) Mais voilà, descendre dans la rue, ça le fait plus, c’est trop brutal quand la gauche est aux manettes… Et puis retrouver, c’est moins cruel que trouver. Rappel subliminal qu’il y a eu un avant nostalgique : Les retraites, La loi Devaquet… sans remonter au métro Charonne et au Front Popu. Espérance que ça puisse revenir. Ça reviendra. Bien sûr, maintenant que le prolo n’est plus à l’usine, bien encadré par le Parti et le syndicat, qu’il est seul dans son camion de chauffeur routier ou qu’elle est seule vendeuse salariée dans une boutique franchisée de fringues made in Sri Lanka, pour aller les retrouver, c’est pas gagné… Mais à Libé, on en rêve avec un petit frisson au creux des reins. Ça reviendra. Quand les étudiants aux ventres pleins se battront pour garder leur APL. Quand les gars de Florange et autres lieux en auront marre de brûler des pneus. Quand les ex-futurs-emplois d’avenir descendront des banlieues. Quand les poules auront des dents…

Mais tout ça est sans importance et ces sujets retenus par Libé pour sa une de lundi ne sont qu’un prétexte. Je n’éprouve aucune compassion pour ce torchon et les petits marquis surfaits qui le remplissent de signes et espaces (surtout d’espaces) Mais je frise la sidération de voir comment ils se comportent. Au point d’avoir une pensée pour Jean-Paul Sartre, c’est dire… Heureusement pour lui, il est trop bouffé par les vers pour se retourner dans sa tombe ; même son strabisme n’a pas dû s’aggraver…

Imaginez donc un journal doté d’un nouveau Directeur qui, lors de sa première réunion avec le personnel est hué par tous, journalistes en tête. Un journal dont les journalistes étalent leurs états d’âmes internes en prenant les lecteurs à témoin. Comment ? En rédigeant un article descendant leur patron en flamme, article qu’ils font imprimer et publier dans le journal sans l’autorisation ni même le soumettre à la relecture du directeur de la rédaction ! Lequel a démissionné aussi sec…

Des trépignements de gamins capricieux enflés de suffisance qui se prennent pour le nombril du monde microcosme de la rive gauche. Des hystéro-vaniteux bac+quelque chose aussi peu soucieux de préserver l’outil de travail qu’un OS illettré cornaqué par la CGT au temps de la sidérurgie moribonde. Mais celui-là, au moins, avait des circonstances atténuantes et des gosses à nourrir…

Et en plus, entre deux prises de joints, dressés sur leurs barricades de claviers et de papier dans leur open-space climatisé, cette bande de prétentieux vides et creux s’imaginent être les nouveaux résistant, enfants de Jean Moulin, dernier rempart citoyen défendant les armes à la main la… liberté d’expression. LOL…

Et ils trouvent encore des lecteurs ?

7 commentaires:

  1. Magnifique ! Puissent-ils vous lire, se reconnaître, et... émerger de leurs vapes ?...

    RépondreSupprimer
  2. Ils ont quand même laissé passer çà:http://www.liberation.fr/culture/2014/04/11/presse-de-gauche-la-debandade_995592

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Féministe hors système, intello aussi vive que déjantée, poule noire atypique du poulailler de gauche où les coqs craignent ses coups de bec, appelant à un "service public du sexe", ne ratant pas l’occase de DSK au Sofitel pour tenter le jackpot avec une tentative de best-seller racontant en détail sa liaison avec lui, Marcela Iacub est le genre de veuve noire à qui tous les bobos-gauchos-gogos du sérail pensent devoir passer ses caprices pour pouvoir survivre… Contributrice régulière en tribunes libres à Libé, elle peut se permettre de leur vendre ce qu’elle veut.
      Finalement, son papier ne fait que confirmer que Libé part en couilles…

      Supprimer
  3. J'attends pour ma part, avec impatience le jour où on apprendra que ces "petits marquis surfaits" seront définitivement "libérés" de leur boulot, ce torchon "libéré" de ses lecteurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef15/04/2014 22:48

      Comme dit Soral " pute et chomiste "

      Supprimer
  4. Ah cette presse, merci pour l'analyse. Dommage qu'il s'appelle libération au final.

    RépondreSupprimer
  5. "la manif contre l’austérité..."

    Entendu chez Canteloup ce soir. L'invité était Pierre Perret.
    Canteloup (à peu près): "en résumé, vous êtes contre le racisme, contre la faim des enfants, contre la guerre, pour la paix dans le monde, contre le cancer... Alors vous avez toujours rêvé d'être Miss France !"
    Bien vu...

    RépondreSupprimer