"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

dimanche 7 décembre 2014

Jeu de salon pour un dimanche d’hiver.



J’allais dire un dimanche ordinaire mais c’est le 2° de l’Avent… 


Cette photo est emblématique de ce qui va suivre. Elle a été prise dans les coulisses d’un des meetings de la campagne présidentielle de 2012 ; je ne sais lequel ; sans doute dans la loge de l’artiste, à l’heure du trac avant l’entrée en scène de la tête d’affiche (on est la tête de ce qu’on peut) Des millions de guignols attendent avec ferveur son numéro. Ce soir moi j’attendrai Hollande / On mangera des frites chez Laurent / Hollande c’est mon Noël / C’est mon Amérique à moi / Même qu’il est tout comme moi / Comme dit mon cousin Normal… Des millions de guignols dont l’énarque l’artiste porte tous les espoirs ; pas l’Espérance, non ; seulement les espoirs naïfs, juste un truc de joueurs de loto. Futurs couillonnés, donc. Mais je m’égare.

Emblématique disais-je par l’identité des santons de la crèche figurant sur ce tableau animé comme disent les amateurs de peinture impressionniste. Il n’y a pas de petit Jésus, il n’y en a pas dans ce film, restons laïcs. Il y a le Joseph de service assis sur la chaise. Le Joseph de service qui fait fonction de père. L’en faut bien un. On l’a choisi au pied levé, faute de mieux pour respecter le scénario. On espère qu’il fera l’affaire et que les guignols n’y verront que du bleu rose… Et puis, entourée par le bœuf et l’âne importé, pour incarner la nouvelle Eve, "la vivante" comme disent mes amis orientaux, quoi de mieux qu’une journaliste dont on sent instinctivement que c’est elle qui porte la culotte ? D’ailleurs, elle a montré depuis que, elle, elle est toujours bien vivante… Emblématique et prémonitoire. Vous me direz que c’est facile d’écrire ça quand on connaît la suite du film…

Bon. Je vous proposais un jeu. Faouzi Lamdaoui, Valérie Trierweiller et Aquilino Morelle regardent tous attentivement quelque chose et la même chose. Très probablement un écran vidéo, sans doute la prestation de quelque sénateur, Najat, Harlem ou artiste de variété en train de chauffer la salle en lever de rideau…  Mais pas forcément… Que regardent-ils ? Grave question dont je suis sûr que vous avez la réponse.

Je vous invite donc tous à me suggérer la réponse à votre avis la plus appropriée. J’attends.
L’avenir appartient aux imaginatifs. Aujourd’hui on dit aux créatifs, je crois.

En outre, en question subsidiaire pour départager d’éventuels exæquos, s’agissant du type sans importance qui est en train de relire ses pompes, vous pourrez m’éclairer sur ce qu’il lisait à ce moment précis.
Les gagnants se récompenseront eux-mêmes.

NOTA : Comme beaucoup le savent déjà, le protocole de céans est calqué sur celui de l’Impératrice Théodora à Byzance. La censure y est donc d’un arbitraire que la Corée du Nord tente laborieusement d’imiter. Je rappelle donc, notamment à certains qui se reconnaîtront, que les excès de vocabulaire touchant à la beuverie ou aux crimes de guerre bénéficient ici d’une tolérance souvent plus indulgente que ceux relatifs aux péchés de la chair^^.   

14 commentaires:

  1. Regarderaient ils un film de boules, juste pour anticiper l'avenir?
    Mais, je m’égare peut être...

    Bernard de Thailande

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous répondez par une interrogation. Tss Tss. A priori c'est invraisemblable compte tenu de la certitude (d'alors) de ces gens persuadés d'être "le seul avenir dont le futur a droit"... Dans ce cas, car tout est possible, il faudrait me dirent ce qu'ils voient dans la boule ! Votre réponse, c'est un peu court jeune homme !

      Supprimer
    2. ts ts
      "le seul avenir dont le futur a droit" ,c'est d'un ringard!
      c'est "le seul avenir dont le futur a l'obligation" qu'il faut écrire!
      car le futur , notre futur , enfin celui de nos enfants, petits enfants et arrières....a l'ardente obligation d'inclure ces Habrutis dans l'équation
      c'est pas négociable, comme on dit
      d'ailleurs, qui paye les retraites du seul avenir qu'on a collé à notre futur, hein ?
      voilà, tout est dit

      Supprimer
    3. 1° Pléonasme ! L'exercice des dwoits est obligatoire...
      2° Les retraites du futur seront assurées par le "rêve métissé dans l'éternel etc." (et c'est du "hors bilan")

      Supprimer
  2. Aucun doute, ils regardent "Plus belle la vie" et Pingouin lit une revue cochonne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Crédible pour les 3 santons. Pas pour Pingouin : Trop surveillé par Valoche pour parcourir ce genre de truc dans la même pièce. Cherchez plutôt du côté d'une fiche de son prof de diction pour respirer entre deux phrases ; ou la bio de Sarko ; ou, j'sais pas moi, le catalogue de son fournisseur de talonnettes pour chaussures...

      Supprimer
  3. On voit bien qu'ils regardent la météo, ce qui est beaucoup plus intéressant que l’ectoplasme assis, en train de relire les notes de son combat (comme par hasard, "la finance" -i.e.suivez mon regard- on le saura plus tard.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peu crédible : la météo est "forcément" bonne. Mais si c'est le cas, Faouzi et Valoche regardent la carte et Morelle la fille... Quant à Chose, ça doit être ça : Il ne se souvient plus de son texte puisqu'il n'y croit pas ; c'est "normal". Mais aussi trop banal...

      Supprimer
  4. Cela me rappelle la photo des spectateurs témoins du film "I comme Icare" : Ils ont vu un secret d'état, ils ont disparu de l'Elysée...

    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne disparait pas quand on a seulement vu du vide.

      Supprimer
  5. Dans un nuage incandescent, Jésus descend des cieux une couronne de laurier en mains afin d'en ceindre la tête du nouvel élu alors que le Alléluia de Haendel retentit allegro forte. Nouvel élu qui relit ses notes :"p'tain, comment qu'on dit merci en araméen déjà? p'tain, Valoche aide-moi , merde! Et les deux autres là, qui bayent aux corneilles, nous v'là bien barrés!"
    Jésus s'adressant à son papa via son dernier iPhone: "On a bien fait de remplacer François Pignon, on n'a pas fini de se marrer durant les cinq ans à venir!"
    Le Page.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là vous faites fort. Mais à côté de la plaque : Jamais l'élu en question ne se sent obligé de dire merci. Quant aux 3 autres, c'est aussi cérébral que physiologique : Il leur est impossible de voir une chose pareille sur l'écran en gardant la maîtrise musculaire de leurs mâchoires inférieures... Mais vous avez là matière pour écrire un péplum hollywoodien des années 50...

      Supprimer
  6. L'énarque est plongé dans Paris-Turf
    les autres regardent la course qui vient juste de démarrer il y a encore de l'espoir dans leurs yeux en direct
    Lui sait déjà qu'ils ont misé sur le mauvais cheval

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mal, pas mal. Mais lui, sait-il que lui aussi n'a pas coché le bon ticket ?

      Supprimer