"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 17 mars 2015

De l’utilisation des temps de cerveaux…



Pendant que se poursuivent les avancées du Traité Transatlantique et les discussions entre gnomes anonymes sur l’Euro-exit de la Grèce ; pendant qu’on codifie à titre préventif les modalités du hold-up qu’il faudra bien faire un jour sur l’épargne des acurabas pour sauver les banques et les Etats, pendant toussa, les têtes d’œuf de Bruxelles pondent de jolis textes sur l’interdiction de la fessée de Porto à Vilnius et d’Aberdeen à Palerme. Et non seulement notre gouvernement s’aplatit comme une crêpe devant ce petit bijou de connerie, mais le pays dans sa profondeur ne part pas d’un grand éclat de rire ! Autant dire qu’on est mal barré.

Pendant que toussa se passe, les guignols que nous avons élus sans qu’on sache trop pourquoi à l’Assemblée de Strasbourg prospèrent sans que ça leur fasse bouger l’autre comme disait Chirac…
Pendant que toussa ce passe, aussi, on nous appelle à sauver la République en allant voter pour élire des paires de guignols dont on ne sait toujours pas à quoi elles vont servir, sinon qu’on espère pouvoir bientôt se passer d’elles et que le plus tôt serait le mieux…        

Heureusement, il y a l’Assemblée Nationale ! Et là au moins c’est du sérieux. Ils travaillent pour le Bien Commun, ils font ce pour quoi on les a élus et ils y bossent même la nuit.

Tenez, par exemple : Hier, en nocturne, la rapporteure socialiste du projet de loi sur la biodiversité y avait inclus un amendement de son cru, le genre de truc qu’on appelle dans le jargon un cavalier législatif qui vise à faire passer subrepticement dans la loi quelque chose n’ayant guère de rapport avec le projet examiné. L’exposé des motifs par la rapporteure disait ceci :
« - Les animaux sauvages qui ne sont classés ni chassables, ni nuisibles, ni protégées, sont relégués à l'état de "biens qui n'ont pas de maître" ou de "choses qui n'appartiennent à personne et dont l'usage est commun à tous" » Et cépabien. Ce qui conduisait à intégrer dans la loi que :
« Les animaux sauvages dotés de sensibilité vivant à l'état de liberté et n'appartenant pas aux espèces protégées ne peuvent être intentionnellement blessés, tués, capturés, ou, qu'ils soient vivants ou morts, transportés, colportés, vendus, ou achetés, sauf lors des activités régies par les règlements propres à la chasse, aux pêches, à la recherche scientifique ainsi qu'à la protection de la santé publique ou vétérinaire et de la sécurité publique…" C’est important vous savez…
Aussi sec, la députée écologiste de service a appelé à faire "une remarquable avancée" en adoptant cet  "amendement très populaire" en félicitant la rapporteure pour son "militantisme remarquable sur la condition animale"
Dans un éclair de lucidité nocturne, la diva des Charentes, ministre de la chose, a exprimé sa forte réticence et invité la rapporteure à retenir ça pour une éventuelle proposition de loi…

Cela donna lieu à divers échanges où il fut question de corridas, de combats de coqs, de risques juridiques encourus par la destruction nécessaire des ragondins excédentaires dans le marais Poitevin, de l’insecticide perpétré sur la personne d’une mouche s’écrasant sur un pare-brise, de la question de savoir si la capture d’une truite par hameçon allait être un "sévices grave" ? [NDLR : Je jure que je n’ai rien inventé…]

Au final, par l’action conjuguée des élus UMP et Front de Gauche rejoints par quelques PS et PRG plus réveillés que d’autres, cet amendement a été rejeté par 13 voix contre 7. [Oui, il s’en est trouvé 7 pour voter son maintien…]
Du coup, dans la foulée, les député(e)s ont supprimé, par 15 voix pour contre 6, un article du projet de loi, ajouté en commission, "qui étendait aux animaux sauvages la répression pénale en cas d'acte de cruauté, de sévices graves ou de nature sexuelle…"

Dormez tranquille. Nos députés font le job. Rien de ce qui est important ne leur échappe.


PS : En cette semaine de la langue fwançaise, j’ai fait un effort en caractères gras. J’ai bon ? 

6 commentaires:

  1. Bravo! On va pouvoir continuer à perpétrer des actes de cruauté et des sévices graves sur des animaux sauvages en toute légalité. Saint François d'Assise au chiottes! Vive Saint Hubert!.

    RépondreSupprimer
  2. On a compris, bientôt la pêche sera interdite pour cause de sévice grave.

    RépondreSupprimer
  3. kobus van cleef17/03/2015 21:06

    vous allez me trouver vulgaire....
    mais le terme d'enculeur de mouche n'a jamais été mieux porté que par les membres de cette clique
    dire que ces malfaisants sont rétribués!
    avec not' pognon , bon gu d'bon gu !
    et qu'on leur doit le respect , l'immunité parlementaire et la gratuité des transports en commun !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "enculeur de mouche" = sodomite de diptères
      mais malfaisant rétribué n'est pas mal non plus.
      Droopyx

      Supprimer
  4. Bon. La chasse, la pêche, c'est fini. Ouf ! Paske cépabien de tuer les zentinanimaux. Devenons tous végétaliens (cépabien non plus de leur piquer leur lait ou leurs œufs). Finie aussi la maroquinerie pisk'on n'a pas encore trouvé l'astuce pour enlever le cuir d'une bête sans lui faire mal. Etc.
    Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin, A-t-on songé au sort de la carotte ? Quelle chance a-t-elle de nous échapper ? C'est dégueulasse ! Interdisons de ce pas la cueillette, donc la culture.
    Comme disait Steph de Monac : le taureau est un être humain comme les autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef19/03/2015 22:03

      Et encore, vous n'envisagez que le sort de la carotte comestible
      Une carotte qui, pour ainsi dire connaitrait le tube digestif dans le sens habituel, historique
      Considérez le sort d'un légume voué à d'autres fonctions, d'autres orifices, et dites moi si c'est pas pire
      Hé oui, y a des degrés de souffrance et d'humiliation, même chez les tubercules et les cucurbitacees

      Supprimer