"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

samedi 17 octobre 2015

Île flottante et inversion de la courbe du chauffage…



Réchauffement, quand tu nous tiens…

Le réchauffement climatique est un fait. Point barre. Et il est évident qu’il va falloir faire en sorte de faire avec. Le phénomène n’est pas nouveau et l’augmentation des températures a déjà été plus d’une fois plus rapide et violente qu’en ce siècle, sans combustion de charbon, bagnoles, gazoles et guignols se comptant alors en millions pour qui la poule au pot hebdo était rêve inaccessible ; et pas en milliards pour qui le steak biquotidien est dorénavant un droit acquis. Mais les bobos actuels vivant dans l’éternel présent ignorent tout ça, à commencer par l’optimum médiéval 

Et sous ce nom  - réchauffement climatique – support de toutes les peurs millénaristes et angoisses apocalyptiques (sa queue [du dragon] balaie le tiers des étoiles du ciel et les précipite sur la terreApocalypse 12.4), c’est dorénavant l’inversion de la courbe du chauffage qui remplace avantageusement l’inversion de la courbe du chômage qu’il vaut mieux pousser discrètement sous le tapis à l’approche de l’échéance imprudemment fixée par les promesses que l’on sait…

L’inversion de la courbe du chauffage est donc le nouvel horizon, le nouvel objectif révolutionnaire (cf. hier) poursuivi par nos dirigeants et toutes les forces du progrès. C’est l’objectif grandiose pour lequel toutes les forces vives (ou non) du pays sont appelées à œuvrer. A côté, tout le reste (immigration, impérialisme islamique, identité, sécurité, TAFTA, dette, déficit et chômage, etc.) n’est que gestion courante, voire fait divers…
On aborde donc cette dernière ligne droite du quinquennat en prenant comme étendard un truc qui va de soi, auquel on ne peut sinon rien du moins pas grand-chose à la marge, mais qui fait consensus 
Même Chirac avait fait mieux : En plaçant son second mandat sous l’étendard de la lutte contre le cancer, il pouvait encore espérer finir sur un résultat non nul…
L’avenir de l’espèce repose donc (momentanément) sur le culte de COP21 et le Pédalonaute est son prophète.

A ce titre, Manu-la-Mâchoire, vicaire apostolique, était récemment venu vers chez moi rendre visite aux glaciers de la vallée de Chamonix. Avant lui, au XVI° siècle je crois, l’évêque d’alors l’avait précédé, à dos de mule et en procession, pour les bénir et les supplier de… reculer tant ils étaient redescendus bas depuis le Moyen-Âge en s’appropriant les alpages et pâtures indispensables à la survie des hommes… Manu, lui, n’est pas venu là pour les bénir ; seulement pour mouliner ses bras, célébrer COP21 et stigmatiser les responsables : Belzebuth les poids lourds et le chauffage au bois…

Au moins lui s’en était tenu à une signature carbone raisonnable en se contentant de venir jusqu’à Cham’. Mais François II Pédalonaute, lui, est d’une autre pointure. Sa qualité de premier VRP de la COP21 justifie tous les sacrifices énergétiques. Le vice-chancelier gouverneur provincial Président de la République était donc hier en Islande. 4.460 km aller-retour. S’y tenait en effet ces jours-ci la conférence annuelle des pays bordant l’arctique qui y traitent de leurs problèmes communs, notamment en ce moment des possibilités d’exploitation de richesses énergétiques rendues désormais plus accessibles du fait du repli de la banquise. Seul chef d’Etat (mais est-ce un chef d’Etat ?) ayant demandé à venir et invité par politesse comme observateur à cette réunion d’expert, nous ne saurons rien de ce qu’il a pu leur dire (mais nous nous en doutons) En revanche, nous savons ce qu’il a dit aux journalistes, évidemment accompagné de l’inoxydable Ségolène Royal et de l’indispensable Nicolas Hulot, devant le glacier Solheimajökull qui fond à toute allure :
«Pour ceux qui doutent du réchauffement, il faut qu'ils viennent ici. S'il y a une démonstration à faire, elle est faite»
Sans oublier le petit mot pour l’acuraba devant sa télé et pour l’historien de demain :
«  La disparition du glacier, c’est aussi la disparition de l’Histoire »…

Que c’est beau !

Pourquoi avoir retenu cette news plutôt qu’une autre ?

Pas pour l’instant de com’ du Pwésident. Mais par ce que j’ai appris à cette occasion : Si partout ailleurs dans le monde, le réchauffement climatique se traduit par une élévation du niveau des océans, élévation préoccupante, notamment pour des pays comme le Bengladesh ou des îles du Pacifique, en Islande c’est le contraire ! Le niveau du sol s’élève… pour les mêmes raisons. La diminution d’épaisseur des glaciers (10 % de la surface du pays) réduit le poids exercé sur le sol et… l’île monte ! C’est à un point que l’accès à certains ports va devenir difficile…

C’est bien la fonte des glaciers qui en est la cause première. Certes. Mais ce qu’aucune dépêche d’agence ne nous dit, ne nous rappelle, c’est que l’Islande est un chaudron tellurique, un nid de volcans. Diminuer le  poids des glaciers, c’est comme appuyer moins fort sur le couvercle…
On se souvient de l’éruption du volcan Eyjafjallajökull, en 2010 je crois, dont le nuage de cendres avait stoppé le trafic aérien de l’Atlantique nord il y a quelques années. En 1783, il y en a eu une dont le nuage avait recouvert la France, occasionnant pertes de récoltes, famines, etc. Ce genre d’éruptions d’ampleur – plusieurs par décennie depuis des siècles – sont liées à la tectonique des plaques dans cette région ; travail constant de l’écorce terrestre sans lien documenté avec le réchauffement ou le refroidissement du climat. Et celle de 2010 a délivré en quinze jours dans l’atmosphère autant de gaz à effet de serre qu’une année entière de circulation automobile dans la totalité des pays développés…

Les dépêches d’agence ne relèvent donc pas cette apparente contradiction entre l’élévation du niveau des océans et l’élévation du sol islandais. On n’est pas payé pour réfléchir – ou pour être placardisé comme à France2. Faudrait pas qu’on pense qu’il y a peut-être d’autres causes au réchauffement que l’activité humaine.
Pensez-donc ! Ce serait porter atteinte au dogme et que resterait-il pour assurer les fins de mois du GIEC et maintenir la survie politique de Pwésident ?
  

5 commentaires:

  1. lorsque les glaciers des alpes reculent , on peut trouver dessous d'anciens foyers abandonnés en catastrophe par les bergers médiévaux
    peu documentées dans les grands journaux , des études existent parfois
    cherchez , c'est ardu à trouver

    pour l'islande, le volcanisme y est actif mais pas plus qu'au chili, la réunion ou au mexique ( c'est marrant , j'ai l'impression que ça recouvre les pays où je me suis bien plu....)
    en tout cas , c'est en 1976 ( de mèmoire) que le volcanisme yva été délétère , pas en 2010....


    pour les révoltes à venir , dans la droite lignes de celles de la fin du 18ème siècle, nul doute que nos politrouks sauront anticiper le truc....non , je déconne....
    supposons simplement qu'ils adopteront une lôa à l'unanimité , régulant par exemple le prix du pain
    ce sera la loâ sapin sur le pain....
    à défaut de traiter les causes ( indépendance alimentaire du pays ) , on s'attaquera aux conséquences ( prix du pain )
    pensée magique , quand tu nous tient !
    allez , je vous quitte, je m'en vais ortiller un peu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ortiller ? Bon, ortillez, ortillez...

      Supprimer
    2. kobus van cleef18/10/2015 20:46

      ortiller
      néologisme des 17ème et 18ème siècles vronzais
      construit à partir du latin hortus , jardin
      comme horticole , en fait
      ça signifie gratter la terre dans le jardin
      tirer les mauvaises herbes , exterminer les nuisibles , toussa

      Supprimer
    3. Plus par souvenir d'avoir bossé quatre ans à Amiens vers la fin de mes twenties que par culture latine, je me disais bien que ça devait avoir un rapport avec les hortillons et le ramassage des légumes...

      Supprimer
    4. kobus van cleef19/10/2015 22:02

      ha , le latin , c'est indispensable !
      et c'est un gus qui a toujours tenu la lanterne rouge qui vous l'dit.....

      Supprimer