"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 1 janvier 2016

Vœux ??


Ben oui. C’est de saison, non ?

Bon. C’est bien gentil toussa mais, le vieillissement aidant, la lassitude et la flemme me sont de plus en plus pesantes. C’est notamment pour ça que je déçois probablement nombre d’entre vous qui peuvent voir de ma part de la désinvolture, voire de la goujaterie, en ne répondant que si rarement à vos commentaires. Je saisis ici l’occasion de leur demander pardon et de solliciter leur compréhension pour le vieil ours taciturne.
Au demeurant, sachez tous que je vous aime (vous tous, hein, pas "forcément" les autres, on se comprend !) Quant aux vœux sincères que je forme pour nous tous (même pour les autres, ch’suis pas chrétien pour rien…), vous avez déjà votre petite idée sur ce qu’ils sont. Vu l’année tragiquement débile que nous venons de vivre, y-a-pas-d’raison d’en changer. Ni de m’étendre dessus vu que par les temps qui courent, avec la 17° chambre correctionnelle on ne sait jamais…

Donc, voici ma carte de vœux :  



Ah oui ! Pour les autres, cette année, par bonté d’âme, je copie-colle ci-après le vieux formulaire de vœux adapté à leurs besoins irrépressibles de laïcité, de non-discrimination et de risque-zéro. Il est vrai qu’il date d’il y a cinq ans et que je n’ai pas pris la peine d’actualiser les dates (faut pas déconner quand-même, il y a des limites aux efforts que je fais pour eux !) Mais ils sont généralement suffisamment incultes pour ne pas s’en rendre compte. Donc, voilà pour eux :
___

Je vous prie d’accepter, sans aucune obligation implicite ou explicite de votre part, mes vœux de santé et de prospérité à l’occasion du solstice d’hiver et du premier de l’an.

Ceci, bien évidemment
- en adéquation avec la tradition, la religion ou les valeurs existentielles de votre choix ;
- dans le respect de la tradition, de la religion ou des valeurs existentielles des autres, ou dans le respect de leur refus, en la circonstance, de traditions, religions ou valeurs existentielles, ou de leur droit de manifester leur indifférence aux fêtes populaires programmées ;
- s’agissant de votre santé, ces vœux ne supposent de ma part aucune connaissance particulière relative à votre dossier hospitalier, ni l’intention de m’immiscer dans le dialogue confidentiel établi avec votre médecin traitant ;
- s’agissant de votre prospérité, il est bien entendu que j’ignore tout de la somme figurant sur votre déclaration de revenus, de votre taux d’imposition, du montant des taxes et cotisations auxquelles vous êtes assujetti ou du montant de votre éventuel patrimoine frauduleusement logé à l’étranger.

Etant expressément précisé que :
Le concept d’année nouvelle est ici basé, pour des raisons de commodité, sur le calendrier grégorien, le plus couramment utilisé dans la vie quotidienne de la région à partir de laquelle ces vœux vous sont adressés. Son emploi n’implique aucun désir de prosélytisme. La légitimité des autres chronologies utilisées par d’autres cultures n’est absolument pas mise en cause.
Le fait notamment de ne pas dater ces vœux du 25 Muharram de l’an 1432 de l’Hégire ne constitue pas une manifestation d’islamophobie.
Le fait de ne pas dater ces vœux du 25 tevet 5571, ne constitue pas un délit de contestation de crime contre l’humanité.
Le fait de ne pas dater ces vœux du primidi de la 3° décade de Nivôse de l’an 219 de la République Française Une et Indivisible, ne saurait être assimilé à une contestation de la forme républicaine des institutions.
L’emploi de la langue française ne sous-entend aucun jugement de valeur. Son choix tient au fait qu’elle est la seule couramment pratiquée par l’expéditeur. Tout autre idiome a droit au respect, ainsi que ses locuteurs.

Clause de non-responsabilité légale :
En acceptant ces vœux vous renoncez à toute contestation ultérieure. Ces vœux ne sont pas susceptibles de rectification ou de retrait. Ils sont librement transférables à quiconque, sans indemnité ni royalties. Leur reproduction est autorisée. Ils n’ont fait l’objet d’aucun dépôt légal.
Ils sont valables pour une durée d’un an, à la condition d’être employés selon les règles habituelles et à l’usage personnel du destinataire. A l’issue de cette période, leur renouvellement n’a aucun caractère obligatoire et reste soumis à la libre appréciation de l’expéditeur.
Ils sont adressés sans limitation préalable liée aux notions d’âge, de genre, d’aptitude physique ou mentale, de race, d’ethnie, d’origine, de communauté revendiquée, de pratiques sexuelles, de régime alimentaire, de convictions politiques, religieuses, philosophiques, d’appartenance syndicale, susceptibles de caractériser les destinataires.
Leurs résultats ne sont en aucun cas garantis et l’absence, totale comme partielle, de réalisation n’ouvre pas droit à indemnisation.
En cas de difficultés liées à l’interprétation des présentes, la juridiction compétente est le Tribunal habituel du douar de cantonnement de l’expéditeur.

Pour valider la réception de ces vœux, vous voudrez bien avoir l’obligeance de confirmer votre acceptation sans restrictions ni réserves des conditions générales exposées ci-dessus en cochant la case prévue à cet effet.

Et si vous voulez en plus que je vienne vous border, allez vous faire foutre

Je crois qu’avec ça j'ai bon…

2016 ? A voir marcher…

7 commentaires:

  1. très bonne année pour toi l'ami, qu'elle te soit douce et lègère et que peut-être un ou 2 petits BB ploucs viennent enrichir la grande et joyeuse tribu , que Dieu vous gardent tous en bonne santé et plein de bonne humeur
    avec toutes nos amitiés, l'homoconjointus se joignant à moi

    RépondreSupprimer
  2. Ils me plaisent beaucoup, ces voeux. Il m'avaient déjà fait rire la première fois. Vous permettez que je les utilise (en vous citant, bien entendu)?

    RépondreSupprimer
  3. Toujours un plaisir de vous lire !
    Merci pour vos billets.
    C. du 92/17

    RépondreSupprimer
  4. Votre formule de vœux est hélas toujours d'actualité (i faudrait même peut-être rajouter quelques clauses, on ne sait jamais !)
    En retour, je vous adresse tous les miens sans restriction ni réserve ou clause suspensive ou résolutoire.
    Droopyx

    RépondreSupprimer
  5. Au tribunal des amitiés bloguesques, tu as une place de choix ! meilleurs vœux l'ami, a très bientôt

    RépondreSupprimer