"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

lundi 21 mai 2012

Mâles et femelles il les nomma… (1)


Ouais, la lassitude, la déprime post-coïtum postélectorale et la procrastination qui en résulte conjuguées avec une bath occase de RTP (Récup’ de Temps Perdu) ont laissé dormir dans le clavier toute la malemort que je souhaite au nouveau gouvernement normal en charge du bien commun de la Fwance.

Tout d’abord, sur un plan général, on ne dira jamais assez à quel point le concept de parité homme/femme, est une scandaleuse atteinte à Droidlhom™ et à ses bienfaits. Dans sa bestialité arithmétique, il nous ramène tout droit aux pétainistes zeurléplusombres, celles de la non-mixité dans les écoles (y compris les normales) et sur les bancs d’églises. On sent que ce n’est pas demain la veille qu’on fusionnera les toilettes séparées, mesure d’économie pourtant nécessaire en cette période de crise pour réduire les coûts d’investissement au m² dans les équipements collectifs. Pour le redressement productif on attendra. Bref, on se croirait revenir à la discrimination, à l’apartheid entre les sexes ! Faudra-t-il en venir à la palpation des bas-ventres par la garde républicaine pour vérifier le compte et s’assurer que les quotas sont respectés ? Alors même que les transgenres ont gagné de haute lutte leur droit à la dignité ! Pour garantir la transparence de la parité quantitative, faudra-t-il imposer la jupe aux femmes ? A ce propos, d’ailleurs, vous noterez sur la photo officielle que les hollandettes ministres les mieux placées protocolairement ont anticipé la réforme (heureusement que Duflot et Batho sauvent la dignité des femmes) Quant aux mecs, ils sont tous fringués pour des obsèques à Saint-Philippe-du-Roule et attendent sans doute de signer le registre. Les chapeaux mous en moins, z’ont la même tronche surannée que sur le perron de l’hôtel du Parc à Vichy en juillet 40… Mais je m’égare. Où ai-je mis la liste ? Ah ! La voilà…

Passons sur Jean-Marc ; on le savait déjà et on ne va pas s’étendre. A voir à l’usage…   

Ensuite ? Ben ensuite on voit que rien ne change, c’est rassurant : La règle d’or reste le savant équilibrage entre les motions, les courants (chers aux chiens crevés), les sensibilités et les diversités. Une table du Conseil des Ministres copiée-collée de la rue de Solférino élargie par souci de rassemblement aux nains de jardin qui tournent autour…
Voyons ça dans l’ordre du tableau :

- Ah ! Fabius au quai d’Orsay ! 1° dans l’ordre protocolaire bien qu’il n’y ait plus de ministre d’Etat. Ça rassure tout le monde. Nos partenaires sont heureux d’avoir désormais à faire avec un vieux débris de la mitterrandie : bien prévisible, en selle depuis trente ans, caricaturé sous un parapluie du temps du Raimbo Warrior, rangé des voitures du sang contaminé, ancien noniste au référendum sur le Traité Européen mais-il-a-changé, etc. Pas le genre à leur casser la baraque… Et le grand capital comme la bonne bourgeoisie ont discrètement poussé un ouf : Le fils d’un antiquaire juif ashkénaze et d’une américaine, baptisé catho à N.-D. de Passy dans le XVI° (même s’il ne s’en souvient plus), qui a fait sa scolarité à Janson-de-Sailly, Normal Sup’, Sce Po et l’ENA, qui a divorcé d’une psychosociologue, qui a vendu avec son frère 9,6 millions d’euros de collections chez Sotheby’s en 2009 et battu à cette occasion les précédents records pour des ventes de sculptures du XIXe siècle… Avec toussa, ce type ne peut pas être dangereux…      .     
    
- Vincent PEILLON, ministre de l'éducation nationale ! Cool ! C’est un philosophe. Comme quoi les gènes de la médecine de haut niveau mixé avec ceux du Kominterm stalinien mènent à tout ! Sa maman née Blum fut directrice de recherche à l'INSERM ; son grand-père Blum, fils du rabbin Félix Blum, fut l’initiateur de l'insulinothérapie en France ; son oncle maternel repatronymé Etienne-Emile Beaulieu (né Étienne Blum) était membre de l'Académie des sciences, professeur de médecine au Collège de France… Quant à sa grand-mère, elle se contentait d’être avocate et active militante féministe.  Et son papa ? Ben, Gilles Peillon était banquier et communiste, directeur général de la Banque commerciale pour l’Europe du Nord, première banque soviétique hors d’URSS avant de se recycler, perestroïka oblige, à la direction d’une banque franco-algérienne. Remarié en secondes noces avec la journaliste Nathalie Bensahel, notre Vincent est père de quatre enfants, ce qui devrait rassurer les associations familiales, prénommés respectivement Salomé, Maya, Elie et Isaac, ce qui devrait rassurer la synagogue et le CRIF.

- Christiane TAUBIRA, garde des sceaux, ministre de la justice !! Je ne m’étends pas. La nomination à un tel poste de cette insupportable incarnation du sectarisme est une insulte délibérée aux Lumières, à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, à… Enfin bref.  Nommer à la Justice une telle vipère en dit long sur la superficialité et le cynisme du rassemblement normal. Une harpie qui se permet de promouvoir officiellement une nouvelle théorie générale du droit. Laquelle ne conduit à rien d’autre qu’à imposer au droit d’ignorer le réel et de travestir les faits en toute connaissance de cause dans tout procès où il faudra cyniquement satisfaire la partie que "on" souhaite privilégier… Je m’en tiendrai là. Ah oui ! Quand même : Cette militante d’un mouvement indépendantiste dont elle se revendique toujours a été condamnée en 2004 par les prud’hommes de Paris pour licenciement injustifié et rupture abusive du CDD de son ancienne assistante parlementaire. Avec Ségolène, bienvenue au club ! C’est bien le retour de "la sociale". Je dis ça, je dis rien…

- Pierre MOSCOVICI, ministre de l'économie, des finances et du commerce extérieur. C’est bien car il est issu d’une famille  juive d'intellectuels de gauche. Ça rassure. Son papa milita au Parti communiste roumain avant de se réfugier en France en 1947 pour devenir psychologue social et participer aux débuts des Verts. Sa maman (née Bromberg) psychanalyste proche du PCF, Sce Po, ENA comme d’hab’, signa le manifeste des 121 (soutien aux porteurs de valise du FLN). Encore un ancien trotsko de la LCR. C’est bien.

-  Marisol TOURAINE, ministre des affaires sociales et de la santé. Fifille du sociologue Alain Touraine, mariée à l’ambassadeur de France récemment passé du Mali au Tchad, c’est une pointure : membre du Siècle, normalienne, elle fur conseillère de Rocard à Matignon en charge des questions géostratégiques. Va pour le trou de la Sécu et l’Aide Médicale d’Etat…

- Cécile DUFLOT, ministre de l'égalité des territoires et du logement. L’égalité des territoires, ça en jette et j’attends de voir comment va verdir toussa. Un temps tentée par une carrière de fonctionnaire de la Protection judiciaire de la jeunesse, cette géographe et urbaniste spécialisée dans le logement  social sera dans son élément et saura veiller aux besoins de logement des familles recomposées. Après ses trois premiers enfants issus de son mariage, je découvre que sa chère petite Térébenthine a pour papa le photographe écolo Xavier Cantat, frangin du Bertrand de Noir Désir tant aimé par Marie Trintignant... C’est cool.

- Manuel VALLS, ministre de l'intérieur. Là, on a la plus parfaite incarnation du grand flou organisateur visant à entuber tout le monde. Le "fourvoyé d’Evry"  comme je l’appelle est le type parfait d’écran de fumée apte à rasséréner tous les acurabas encore à peu près normalement câblés : C’est le mec qui cause du réel et qui le connaît, le mec dont on se demande pourquoi il n’est pas "UMP-droite populaire". Bon pour les législatives, ça ! Après on verra… Il cause, ouais ; sauf qu’au final il se cale toujours sur la ligne du Parti. Les flics jugeront à l’usage… A part ça, ce cher homme, fervent supporter du FC Barcelone est un de nos rares hommes politiques Français par naturalisation. Fils d’un artiste peintre catalan et d’une Italo-helvète sœur d’un architecte Suisse connu, divorcé de la mère de ses quatre enfants il est remarié avec une violoniste de musique de chambre.  

- Nicole BRICQ, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie. Sénateur de Seine-et-Marne, sur le circuit depuis déjà vingt-cinq ans, au cabinet de Chevènement à la Défense et plus tard de Ségolène à l’Environnement, rapporteur général du budget au Sénat, elle s’est fait une spécialité de la chasse aux niches fiscales. Elle va nous développer les ventilateurs que ce sera un plaisir.

- Arnaud MONTEBOURG, ministre du redressement productif. Le titre du ministère suffit pour me mettre en joie. J’ai d’abord cru qu’il allait s’occuper du redressement démographique, mais non, c’est plutôt une histoire de Viagra industriel. Dommage… Son parcours est bien connu, je ne m’étends pas. Avant de percer il y a déjà une bonne quinzaine d’années, il était avocat. Ce faisant, il a plaidé dans l’affaire du Carrefour du Développement, l'un des premiers scandales de l’ère Mitterrand : 27 millions de francs détournés en deux ans sous couvert d’une structure alimentée par le budget de la coopération, structure dont une des principales utilités était de couvrir et financer la construction d'un hôtel particulier pour Christine Valbray, amie de François Mitterrand (dont Françoise Chandernagor a brossé l'ascension dans son ouvrage La Sans pareille) Mais honnêtement je ne sais pas qui Montebourg défendait dans l’histoire. Il a aussi assuré la défense de Christine Villemin dans l’affaire Grégory. Le genre de truc médiatiquement avantageux.
Son plus beau coup médiatique – pour ce qui est du retour sur investissement – n’a peut-être pas été de s’auto-consacrer Monsieur Propre du PS, mais plutôt son mariage. C’est la veille même de scrutin qui allait lui valoir son premier mandat de député qu’il a épousé dans une abbaye cistercienne Hortense de Labriffe, fille du comte Antoine ; petite fille par son père du proprio d’un château du XVI° avec 110 hectares de terre dans les Yvelines où se sont tournés un tas de films ; petite fille par sa mère (ancienne collaboratrice de Balladur et de Douste-Blazy) de l’académicien Jacques de Lacretelle.  Il a largement eu le temps de lui faire deux mômes avant de concubiner avec cette chère Audrey à la gueule pleine de dents…

- Michel SAPIN, ministre du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social. Voilà  du sérieux. Normal Sup’, conscrit d’Hollande et Ségo à l’ENA, ministre à la Justice les 11 mois qu’a duré le gouvernement d’Edith Cresson dont les vieux rigolent encore puis ministre des finances les 361 jours de celui de Bérégovoy suicidé 33 jours après…  Voilà un homme d’expérience.

- Jean-Yves LE DRIAN, ministre de la défense. Celui-là a démarré dans le circuit en militant au PSU. Président du Conseil Régional de Bretagne. Comme beaucoup de sans grades de ce gouvernement, souvent inconnus hors de leur fief électoral, il a dû être remarqué par les éléphants au gré de ses "contributions" aux motions de congrès. Il est forcément premier secrétaire de quelque chose dans le Parti (ils sont tous au moins premier secrétaire de leur section de quartier…)

- Aurélie FILIPPETTI, ministre de la culture et de la communication. Fille d'un maire et conseiller général communiste, Normal Sup’ of course, agrégée de lettre, militant chez les Verts à Paris, membre du cabinet d’Yves Cochet ministre de l’environnement. S’étant vue refuser par les Verts un parachutage en Lorraine pour les législatives de 2007, elle les a quittés pour adhérer illico au PS. Pour tenir guichet ouvert à la Réunion des Artistes Subventionnés, on verra si son goût pour les lettres classiques suffira pour protéger sa vertu des assauts libidineux de homards en plastique.

- Geneviève FIORASO, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche. Initialement prof d’anglais puis travaillant pour la mairie de Grenoble, elle devient attachée parlementaire d’Hubert Dubedout et c’est parti. Devenue chef de cabinet du maire actuel puis cadre marketing à France Télécom, elle est élue députée, tombeuse d’Alain Carignon en 2007. On la présente comme spécialiste des start up et soucieuse d’innovation.


Je fatigue, la suite au prochain numéro.

Soufflez un peu, les acurabas sont bien gardés.

9 commentaires:

  1. Merci, c'est un travail qu'il convenait de faire.
    Maintenant vous êtes un peu obligé de continuer
    jusqu'à épuisement du sujet. Il y a matière.
    A bientôt donc,
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. si après cette analyse je vote encore a gauche je suis sur d'avoir la chiasse jusqu'a ce que mort s'en suive.Robespierre et Mirabeau revenez il y a encore du boulot pour vous la "veuve"attend!!!!!!

      Supprimer
  2. Juste un mot à propos de la carrière de Valls.
    Ce garçon fut élu au conseil régional d'IdF très tôt et vint à la section PS d'Argenteuil à l'age de 24 ans (il comprit très tôt l'intérêt de se déclarer immigré -espagnol-) dans le but de prendre la mairie aux communistes qui la détenait depuis 1935.
    Courageux, mais pas téméraire, il déserta le combat au bout de six mois pour tenter sa chance ailleurs et, en effet le climat d'Evry lui fut salutaire.

    RépondreSupprimer
  3. memento mouloud21/05/2012 21:59

    Excellent who’s who le Plouc. Je suis scié par la filiation de Peillon, un quasi-membre du KGB ça en jette. Tapie qui tapinait auprès de cette banque à la fin des années Giscard l’aurait-il rencontré ?

    Pour ce qui est des conversions juives d’après-guerre et des changements de patronymes façon Dassault, c’était assez courant. Il semble que depuis, ils aient trouvé avantageux de souligner leur filiation. Evidemment, ça a moins de classe que Marc Bloch se disant juif publiquement en 1942 ou que Claudel protestant auprès du grand rabbin contre les mesures antijuives la même année.

    Du père de Mosco, lisez ses mémoires sur le pogrom des gardes de fer lors de la tentaive de putsch de 1941, vous comprendrez peut être comment Serge a pu rejoindre un temps le PC roumain.

    Marisol membre du siècle, c’est du lourd, non ? Vraiment un gouvernement de bolchos

    RépondreSupprimer
  4. Rien que du bien faisandé…

    RépondreSupprimer
  5. J'ai beaucoup aimé le roman de Chandernagor, je ne savais pas que c'était ce parcours qu'elle décrivait.
    Ca donne des idées pour passer l'agreg d'Histoire, car inventer les citations de Robespierre, ca s'apprend. Faut juste un peu d'entraînement.
    Tout est bon dans ce livre.

    Las, la belle Françoise est aussi membre du Siècle. Las, las…

    RépondreSupprimer
  6. memento mouloud22/05/2012 18:38

    Je vous rappelle que les jurys d'agrégation d'Histoire avaient déjà inventé un texte contemporain du concile de Constance écrit au XXème siècle. Je pense que la gauche peut aller plus loin

    RépondreSupprimer
  7. Et la bande des pieds nickelés de Bouvard a inventé le grand philosophe Botul, qui a fait un superbe croche-pied, que je croyais fatal, à notre BHL presque national.
    Las, il a survécu au mythe…
    Essayez d'être aussi ridiculisé et de continuer à mener la barque de la tchatche médiatique favorable à l'islamisation, pour voir.
    Tout autre quidam serait terminé, mais lui, même pas mal.
    Quel grand homme !

    RépondreSupprimer
  8. beau travail on attend la suite avec impatience

    RépondreSupprimer