"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

"Il y a deux aristocraties : celle du haut et celle du bas. Entre les deux, il y a nous, qui faisons la force de la France.

mardi 29 avril 2014

Les news qui comptent… ou pas.



Non ! Je ne parle pas de celle que vous attendez, angoissés, retenant votre souffle : Le score de Manuel au vote consultatif de cet après-midi (si c’était du foot, on parlerait de match amical) D’ailleurs, vous aurez peut-être déjà le résultat quand je mettrai ce billet en ligne, vu que je laisse le clavier pour aller consulter un chirurgien…

Les autres nouvelles importantes :

- Le sinistre des Affaires étrangères, donne de sa personne pour incarner la politique étrangère de la Fwance : Le changement c’est maintenant et la politique étrangère de la Fwance, c’est d’être hôtesse d’accueil… On le savait déjà mais ça va mieux en le montrant. Après s’être dandiné avec Moi-président sur le tarmac pour accueillir quatre revenants dont l’office du tourisme n’a pas voulu me dire le prix du billet de retour, Sa Décrépitude Fabius Laurent a tenu à aller lui-même accueillir nos visiteurs. Pas sur le port de Marseille à l’arrivée du ferry d’Alger ; ni en gare de Menton à l’arrivée du train en provenance indirecte de Lampedusa ; faut quand-même pas déconner… Non, il est allé accueillir à Roissy les guignols en provenance de Tokyo et autres lieux, voués à se faire dévaliser sur les trottoirs sales de la Ville-lumière. Touristes qui sont passés devant lui sans s’arrêter et, si tant est qu’ils l’aient remarqué, sans comprendre ce que ce type foutait planté là, entouré d’officiers de sécurité à oreillettes et lunettes noires, sans même retenir l’œil avec une pancarte de taxi ou de grand hôtel.
Comment mieux rappeler que l’atout majeur de la Fwance est d’être un grand Disneyland pittoresque, une attraction culturelle où il fait bon se faire faire les poches entre le train fantôme et la barbe à papa…

- Le psychodrame Alstom confirme d’ailleurs que cette politique étrangère est plus importante que la politique industrielle. Cette dernière, on ne s’en occupe qu’à chaud last minute par souci d’économie. Après quelques trépignements d’estrade, l’homme du Viagra industriel, celui qui ferait bien mannequin en page centrale de Play Boy, juste en marinière avec une cafetière SEB en guise de cache-sexe, nous annonce aujourd’hui qu’il n’a pas "à marquer de préférence pour Siemens" et le gouvernement se défausse sur l’Autorité des Marchés Financiers. Manière comme une autre de ne pas dire qu’ils n’ont aucuns moyens d’action sur les choix de politique industrielle des grands groupes et qu’après les moulinets de bras, ils s’apprêtent à faire profil bas…

- Si la politique étrangère de la Fwance se résume désormais à la formation des hôtesses d’accueil, celle de l’UE n’est pas plus compliquée ; elle est même beaucoup plus simple : On attend que les USA décident de sanctions contre l’Ours. Et dès qu’on en a connaissance, on se contente de faire la même chose, en appliquant toutefois un coefficient, généralement entre 70 et 80%, vu que l’Ours on en a quand-même besoin. S’agissant des Ukrainiens de l’ancien régime, on bloque leurs avoirs pour "détournement de fonds publics" sans même prendre la peine de lancer une enquête judiciaire préliminaire comme il sied dans un étadedrouâ

-  J’adore Saïd Youssef Sabry, juge unique du tribunal de Minya en Egypte. Après avoir prononcé le mois dernier 529 condamnations à mort en une seule fournée (la plupart, il est vrai, par contumace) il en a rajouté près de 700 hier tout en commuant en perpète 492 des précédentes, histoire sans doute que le stock fasse moins désordre. Indignation générale de par le monde. J’comprends pas… Il faut savoir respecter les différences culturelles ! D’autant qu’il me semble encore en dessous des scores de notre Comité de Salut public de 1792 et de la Tcheka de Dzerjinski, performances dont personnes ne semble faire un fromage…

- Ah oui ! J’oubliais ! Rafika Rezgui a remis hier sa démission de porte-parole du PS. Rafika Rezgui, ça ne vous dit rien ? C’est pas grave… Soupçonnée de conflit d’intérêt, la dame est rémunérée comme lobbyiste pour la branche téléphonie du groupe Bouygues. En bref, son travail salarié consiste à nouer des contacts avec les élus pour constituer un réseau favorable aux intérêts d’une entreprise du CAC 40. Et son travail militant est de causer au nom du parti détenant la majorité parlementaire...
Moi-président (disait l’autre dont Aquilino Morelle tenait la plume), la République sera insoupçonnable (ou quelque chose comme ça)
Surtout, vu le blaze et le minois de la dame, je vois une fois encore, une fois de plus, les retombées tardives de cette hystérie avec laquelle certains embauchent au faciès des devantures femelles de music-hall sans même jeter un œil sur leur CV… 

1 commentaire:

  1. après le delit de sale gueule ...le profit de belle gueule ...

    RépondreSupprimer