"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

lundi 14 mai 2012

Oui, c’est le premier !


Lors d’un évènement comme l’élection d’un nouveau président de la République (idem pour une victoire en final de la coupe du Monde de baballe ou autres trucs exceptionnels) les pisses-copie des médias s’escagassent le cerveau pour trouver des spécificités uniques à la chose. Du genre : "C’est la première fois depuis Clovis que…", "On n’avait pas vu ça depuis le traité de Westphalie…" Ou encore, au prix de moins d’efforts de recherche : "C’est le premier président à n’avoir jamais siégé dans un gouvernement", "C’est le premier à porter des lunettes sans montures" etc.

Faut dire qu’avec un élu normal, les malheureux soutiers de la presse payés à la ligne ont eu bien du mal à lui trouver des spécificités originales non encore étrennées par d’autres. Avec le coup de 2002, on n’a même pas pu dire qu’il est le premier à ne pas être élu pour lui mais contre l’autre…

Il y a pourtant un détail qui a échappé à tous les pourvoyeurs de signes et espaces de la presse écrite et de secondes d’antennes du PAF. Et pourtant, il s’agit d’une novation indiscutable, un titre qui ne pourra jamais lui être disputé :

Il est et restera le premier président de la République élu au terme d’un scrutin où, pour la première fois, les handicapés mentaux placés sous tutelle ont été autorisés à exercer leur droit de vote...

NB - L'image n'a rien à voir, c'est n'importe quoi juste pour publier un "illustré", ne voulant pas stigmatiser une tronche de trisomique que je respecte infiniment.

7 commentaires:

  1. "pour la première fois, les handicapés mentaux placés sous tutelle ont été autorisés à exercer leur droit de vote..."
    et on constate que ça a été rentable !
    Bin quoi ! Ils paient leurs impôts non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les richesses extra communautaires aussi. Une preuve de plus qu'ils sont odieusement discriminés !
      Vous aussi vous faites dans le "jvoipapourkoi" ?

      Supprimer
  2. je crois que l'erreur est à rechercher ailleurs que chez les trisomiques : 2 millions de voix d'écarts et une population qui doit compter au moins 10 millions de divers réputés voter à 90% pour la gauche selon des études qui ne provienne pas du FN.
    Au fait quel président était en exercice lorsqu'on a autorisé les incapables (puisque c'est le terme juridique consacré) à voter ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. - Introduction de l’exception au cas par cas sous Chirac-Raffarin : Lloi du 11 février 2005 «pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées», permettant au juge d'accorder le droit de vote aux personnes majeures placées sous tutelle.
      - L’exception devient la règle (plus on est de fous – jvoispaspourquoi) sous Chirac-Villepin en vidant les tiroirs dans le dernier mois de la législature : Loi du 5 mars 2007 «portant réforme de la protection juridique des majeurs» faisant du droit de vote des personnes sous tutelle la norme, sauf avis contraire du juge…
      Concernerait environ 100 000 personnes à la date du scrutin. On estime au doigt mouillé que 20% ont dû voter. Je n’ai jamais dit que ça avait influé sur le résultat…

      (passez à mon secrétariat pour ma note d’honoraires…)

      Supprimer
    2. Oui, j'oubliais, les décrets d'application ne sont sortis que bien plus tard (en 2009), d'où 22 avril dernier premier scrutin où c'était appliqué, toutes élections locales et nationales confondues...

      Supprimer
    3. Merci du renseignement, j'ignorais.
      Voilà qui donne une idée bien précise de notre
      belle démocratie.
      Amitiés.

      Supprimer
  3. C'est au 20ème degré, Plouc , rhoooo

    RépondreSupprimer