"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

dimanche 10 août 2014

La gavotte oubliée de 14-18…



Aujourd’hui, c’était la kermesse paroissiale… Tout le monde était là : Après la messe, les mômes couraient dans tous les sens entre les stands ; les vieux et moins vieux tenaient la position stratégique de la buvette ; les prévoyants faisaient la queue pour les frites, le cochon et la tarte aux pommes ; la fanfare municipale soufflait dans les cuivres ; le char des conscrits était en retard, son équipage cuvant encore la beuverie de la nuit… Bref, c’était comme d’hab’…

Et, bien sûr, il y avait aussi le groupe folklorique du village, gardien des traditions. En cette édition 2014 de la fête, on n’allait pas laisser à Môssieu Hollande le monopole de discourir pour célébrer le centenaire de la boucherie de 14-18  trois ou cinq fois par semaine, seul sujet qu’il se risque encore à aborder (outre la rupture du jeûne de certains et les coups de brosse à reluire à l’intention du CRIF…).
En cette année de centenaire, donc, tous les danseurs du groupe s’étaient appliqués à réapprendre la danse des Carts… Une danse inventée dès… 1915 et pratiquée dans nos vallées au moins jusqu’au début des années 1930…

Pour les touristes et les estivants comme pour les jeunes du pays, il fallait une explication préalable.

Il ne vaut pas oublier que lors de l’attentat de Sarajevo, la Savoie n’était française que depuis 53 ans. Le porte-parole de la troupe ne s’est d’ailleurs pas privé de rappeler que l’Algérie était alors française depuis bien plus longtemps et que tout le foin fait sur la contribution des troupes indigènes dans cette affaire nous énerve un peu… En effet, notamment dans la phase de guerre à outrance imposée par Joffre, les régiments de Savoyards (ou Savoisiens), ces nouveaux, quasi Ritals encore non assimilés aux yeux de l’Etat-Major, étaient systématiquement envoyés au casse-pipe en première ligne, bien avant que la prolongation du conflit ne fasse importer par bateau de la chair à canon complémentaire…
Si les monuments aux morts de tous les villages de France gardent la trace statistique du désastre démographique, rapportées aux maigres populations (à l’époque) de nos vallées de montagne, les listes des monuments d’ici sont en général proportionnellement bien plus longues qu’en Normandie ou Île de France… Ici comme ailleurs, mais souvent beaucoup plus qu’ailleurs, la Vie en a été changée. Comme, par exemple, dans ce hameau de quelques feux où les sept garçons d’une famille de paysans sont partis au front et dont un seul est revenu… Un peu estropié…

Quel rapport avec une sorte de bourrée paysanne ressortie des cartons pour le centenaire ?

Parce que le mot solidarité ne servait pas à l’époque pour forger le nom d’un organisme public ou d'une loi de complexification.
La danse des Carts (l’origine du nom s’est perdue) se dansait à trois : Un homme faisait danser deux femmes à la fois, en les tenant par la taille, une à sa droite et l’autre à sa gauche, et ça tournait… Ainsi les jeunes veuves comme les futures vieilles filles obligées ne faisaient pas tapisserie…

Hollande, lui, encense les morts qui ne sont plus là pour lui renvoyer quoi que ce soit dans les dents (y compris Jaurès) mais il ne parle plus aux vivants.

5 commentaires:

  1. C'est simple, mais c'est senti et cela sonne juste, clair et profond, comme tout ce qui est sincère et vécu. Libre parole de vérité.

    RépondreSupprimer
  2. voilà qui a un petit air de bonheur oublié en ces temps troublés par des malfaisants
    amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonheur dont je m'efforce en radotant de rappeler ici l'existence en veillant à en profiter sans scrupule (pourvu que ça dure!) :
      http://leplouc-emissaire.blogspot.fr/2011/08/un-dimanche-en-chretiente.html
      http://leplouc-emissaire.blogspot.fr/2012/08/la-paques-de-lete.html
      http://leplouc-emissaire.blogspot.fr/2011/08/au-mitan-du-mois-daout.html

      Supprimer
  3. kobus van cleef11/08/2014 13:36

    Ha zut alors, mon post tombé aux zoubliettes....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ?? Je n'ai rien reçu...
      Ou alors, s'agissant d'un billet un peu chargé de tendre émotion, à force de routine, c'est ma boîte mail elle-même, habituée à la teneur habituelle de vos commentaires, qui a estimé devoir vous virer d'office en spam sans me demander mon avis. Même pas...

      Supprimer