"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

dimanche 3 août 2014

Si j’étais Valls…



Petit conseil qui n’en est pas un vu qu’il y pense sûrement tout seul comme un grand…

AFP : "Valls prépare les Fwançais à une rentrée économique difficile"…

Toutes les dépêches reprennent ça en boucle depuis vingt-quatre heures…
Economique ? Seulement ? Sans blagues !

A première vue, faite juste après le départ en vacances des ministres, cette déclaration paraît s’inscrire dans la litanie des constats d’évidences, des enfoncements de portes ouvertes, des effets de manches  et des commentaires sans valeur ajoutée en réaction aux faits-divers qui constituent dorénavant l’essentiel de la communication présidentielle ou gouvernementale. Donc une de ces petites choses futiles destinées à rester parfaitement inaudibles.

En demeurant, Manu la Mâchoire est sans aucun doute celui de la bande qui fait preuve du moins d’amateurisme dans la maîtrise de sa communication. Cette déclaration estivale qui sent un peu sa promesse de sang et de larme à la Churchill n’est donc sûrement pas anodine.
Que la rentrée économique s’annonce difficile, ça on le savait, mon con. Le rappeler la mâchoire serrée pour te différencier du Pédalonaute qui se masturbe avec le mémoriel, l’émotionnel et l’international d’estrade, c’est peut-être de bonne guerre mais ça n’explique pas tout. T’as quoi derrière la tête ?

Résumons :
- Tu n’as ni majorité ni soutien populaire ni chef suprême pour pouvoir amorcer le début d’ébauche d’une politique susceptible d’inverser radicalement la tendance au point d’espérer voir un soupçon de résultat concret dans un délai de moins de deux ans et demi…
- Et si rien ne change, même si les émeutiers pro-palestiniens passent à autre chose, même si Sarkozy est inéligible, la Madelon d’Hénin-Beaumont sera alors au deuxième tour et l’autre candidat(e) sera élu(e). La première vache coiffée fera l’affaire ; et ce ne sera ni le Pédalonaute ni qui que ce soit d’autre de sa clique. Et donc pas toi, Manuel.   
- Même s’il semble s’y préparer mine de rien en ayant changé de lunettes, en se repliant sur l’international moulinet-de-bras et le rôle de commentateur-spectateur des petites choses de la vie façon Chirac ou René Coty, le Pédalonaute hésitera encore avant de dissoudre tant il subira les pleurnicheries des prébendiers de la rue de Solferino. Même avec la proportionnelle. Quand il devra s’y résoudre, il sera déjà trop tard ; il restera trop peu de temps pour vraiment plomber la nouvelle majorité avant 2017 ; avant après-demain…

Alors tu fais quoi, Manuel ?

- Tu vas lui forcer la main : La rentrée sera difficile Tu vas serrer encore plus la mâchoire et annoncer l’inacceptable non négociable avec vote bloqué. Tu poseras la question de confiance en priant in petto qu’il n’y ait pas trop de Raffarin pour faire l’appoint… Ton parti va t’envoyer paître (sur le moment), ton gouvernement va partir en couilles, etc. Et tu vas démissionner en claquant la porte…
- Incapable de le décider tout seul François II Pédalonaute Enarquogénète sera obligé de dissoudre… Bérézina assurée pour le PS en dépit des rosaires à Jaurès. Mais aussi foutoir assuré avec des majorités relatives de circonstance UDI-UMP molle-UMP moins molle coincées entre une gauche sauvée par la proportionnelle et un F-Haine vitalisé par la même… Cool ! Il restera un petit deux ans pour faire constater au bon peuple que la droite ne fait pas mieux. Deux ans aussi pour finir d’enterrer la baudruche de l’Elysée. Dix-huit mois, surtout sans être en responsabilité pour préparer la primaire et t’introniser, toi Manuel, comme sauveur de la gauche. Oui, ils auront oublié ton inacceptable non négociable réforme de la rentrée 2014. Ils s’en foutront. Car toi seul leur permettra d’espérer récupérer leurs sièges, leurs strapontins, leurs bagnoles et chauffeurs de fonction, leurs prébendes, leurs petits conflits d’intérêt, toussa…
Suffira alors que tu passes d’un chouïa devant le guignol de drouâte plombé par deux ans aux affaires. Seul face à la Walkyrie de Saint-Cloud, c’est plié d’avance.
- Et si ça ne passe pas, ce sera bon pour 2022.  

En revanche, si tu restes à Matignon au-delà de Noël… t’es mort…   

5 commentaires:

  1. Tout à fait vraisemblable, ce scénario. Comme tous les autres scénarios catastrophes qu'on peut imaginer: Sarko à l'Elysée, Marine, Culbuto, un autre ...
    On ne peut même pas espérer.

    RépondreSupprimer
  2. "un peuple est toujours plus sincère quand il se bat que quand il vote..."

    Ramiro Ledesma Ramos

    RépondreSupprimer
  3. Lucide.
    Lit-il ce blog, Mussomini ?

    RépondreSupprimer