"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

samedi 26 mai 2012

Le Thalys ? au Salang deux minutes d’arrêt !


Nous avons un Président normal. C’est cool… Et un gouvernement sobre. C’est supercool…

La baisse de 30% des rémunérations de ministres, c’est citoyen ! Au premier juin 2013, ça nous aura fait économiser sur l’année pleine dans les 1,7 millions d’euros, vous vous rendez compte ! Surtout que le 19 août 2012 il faudra sortir en trésorerie une rallonge d’à peine 345 millions d’euros rien que pour couvrir la majoration promise de la prime de rentrée scolaire, 100% empruntée sur le marché vu qu’il n’y a plus un rond. Mais dès fin août on pourra déjà en rembourser tout de suite 280 mille euros économisés sur les deux premières paies des ministres ! Pour les 344 720 000 € restant, le riche ou l’Allemagne paiera…   

"Les membres du Gouvernement privilégient le train pour les déplacements d’une durée inférieure à trois heures.
Sauf contrainte particulière justifiant une escorte motocycliste, leurs déplacements en automobile se font dans la discrétion et le respect des règles du code de la route
."
- Quand tout fout le camp, l’autorité suprême de la République attend que le petit bonhomme passe au vert…
- Quand il y aura le feu à la maison, que le patron qui a les clefs est en rade à Bruxelles et qu’on lui phone à 12h30’ de revenir, avec les encombrements et les feux rouges il rate évidemment le 13h15’ à Bruxelles-Midi. Et le porte-serviette (il y en a encore) revient tout penaud d’avoir fait la queue au guichet pour changer le billet du soir : Le 14h37’ est plein, faut rester l’oreille scotchée au portable en attendant celui de 15h15’. Venez me chercher gare du Nord à 16h35’ et ne passez pas à l’orange…    

J’arrête de rigoler. Je ne rigole pas du tout. Il ne s’agit plus du citoyen François Gérard Georges Nicolas Hollande, de ses caprices à la con et de son petit plan-média perso, il s’agit de la France. Et là, on a un quintuple et triste constat : Celui de la vanité superficielle de gens qui se croient tout permis et à l’abri de l’erreur et de la faute ; Celui de l’amateurisme et de l’enfantillage ; Celui de l’irresponsabilité la plus crasse ; Celui de la naïveté bisounoursienne et, enfin, celui d’un souverain mépris pour le travail des professionnels.  

* La sauterie improvisée en gare du Nord a d’ailleurs fait bondir tous les spécialistes de la protection rapprochée : "les gardes du corps du chef de l’Etat ne sont pas là pour prendre des photos.", "Il n’est plus en campagne, il est président de la République", "Si on continue comme ça, on va au-devant d’une catastrophe". Un fonctionnaire de police confiait même à Europe 1 en y mettant les formes : "F. Hollande et son entourage ne semblent pas avoir pris la mesure des contraintes exigées par le statut de chef de l’Etat..." Si tout c’est bien passé mercredi, c’est grâce à l'effet de surprise. Les services de sécurité aimeraient bien que survienne un truc un peu périlleux pour que ces gens-là comprennent. Un truc sans conséquences évidemment. Mais quand un truc commence on ne sait pas comment ça va finir… On n’est pas là pour jouer au loto, ou à la roulette russe. Faudra-t-il en arriver là?
Il y a des règles précises qui relèvent d’une obligation absolue d’assurer la continuité de l’Etat. François Hollande s’imagine-t-il que son élection par défaut lui donne la liberté de faire joujou comme Louis II de Bavière ?
Si Môssieur le Président veut continuer à prendre le train de façon programmée, les exigences normales sont claires : Il faudra prévoir une rame ouvreuse pour vérifier qu’il n’y a pas d’obstacle sur les trajets et mobiliser des centaines de policiers et gendarmes pour contrôler les ponts et les gares. Ce sera plus coûteux que de prendre l’avion. Surtout si, comme c’est parfois sinon souvent nécessaire, avec l’envoi parallèle d’un Falcon à vide pour que le chef de l’Etat puisse regagner Paris au plus vite en cas d’urgence ! Et les Shadocks pompaient…

* L’Afghanistan, parlons-en. D’abord, dans un discours officiel répercuté dans le monde entier et aux côtés du président Karzaï, aussi fantoche soit-il, comment peut-on déclarer la bouche en cœur : "Le temps de la souveraineté afghane est venu !" ? …puisqu’on s’en va… En décalage complet du discours de nos alliés, comment mieux dire à l’Afghan moyen : "- Nous n’étions finalement qu’une armée d’occupation, vos gouvernants ne sont évidemment que des collabos, et mon voisin d’estrade, pendant que je vous parle, n’est qu’un clone de Laval"… Bien sûr que personne n’est dupe. Mais le langage diplomatique, ça s’apprend. Et même sans l’avoir appris, à un certain niveau de responsabilité, il faut un minimum de jugeote. C’est qui la plume qui lui a soufflé ça ? Sans doute un conseiller aux éléments de langage de politique étrangère débarqué il y a une (petite) semaine qu’on a choisi au vu de son CV : il a appris l’Internationale devant la machine à café de Solferino… 

Et puis il y a le retrait. Là aussi des paroles verbales auquel l’auteur, revenant en deuxième semaine, a ajouté les mots ordonné et coordonné en insistant un peu moins sur la date…
Retrait jusqu’alors programmé étalé sur un an et demi et maintenant à torcher vite-fait dans les six mois. A l’OTAN, Hollande les a tous bluffés, d’ailleurs c’est écrit dans le journal. Ouais. Ils en ont d’ailleurs tellement rajouté que même l’intéressé a fini par dire d’une (petite) voix : “Euh… Je ne dis pas que le président Obama a adhéré à ce que je lui disais
Finalement, sur les 3550 militaires sur zone, on en rapatriera 2000, les combattants, c’est-à-dire qu’on laissera des instructeurs, logisticiens et gardiens d’entrepôts à la dispo des Talibans au tir forain sous la rassurante protection de l’armée afghane et, espérons-le, de nos alliés résiduels qui auront sûrement autre chose à faire…

Car il reste la question du matos. Et on n’est pas les amerloques laissant leurs surplus en 44/45. On a expédié là-bas ce que nous avons de mieux. Il y en a des milliers de tonnes : Au total, 1 500 conteneurs, 300 VAB, environ 500 blindés lourds, des pièces d’artillerie,  900 camions et véhicules divers et 14 hélicoptères. Etaler ça en douce jusqu’à fin 2013 était une chose et c’est ce qu’on finira par faire… Ou alors, ce sera un bordel inénarrable qui coûtera une fortune, que ce soit en dépassement de devis comme en vies tant il est vrai que les armées en déroute, qui plus est dépourvues d’accompagnement combattant, sont toujours la proie de charognards… 
"Ça prendra plus de temps" et ce n’est pas grave puisque les deux mille combattants seront rentrés au chaud à la maison. Ouais, mais si on a besoin d’eux ailleurs au pied levé pour la défense ? Où est le matos ? Tant qu’il restera à rouiller à la consigne là-bas, nos gars ne seront que des carabiniers d’Offenbach avec leurs petits Famas individuels. Vu que pour le collectif, les armes lourdes, le transport et les communications on a un petit retard de livraison, soyez gentils d’attendre un peu pour nous tirer dessus !

Il faudra donc aussi rapatrier tout ça fissa… Et il n’y a pas trente-six solutions. Ils n’y en a que trois.
- La plus logique, c’est la route par la passe de Kyber et la traversée du Pakistan (notre "allié") jusqu’au port de Karachi. Le hic, c’est qu’à la suite d’une bavure US, le Pakistan a fermé le passage en représailles et que les négociations pour trouver un arrangement sont au point mort. De toute façon, compte tenu du climat actuel, tant du côté des autorités que de la population, il est probable que le Pakistan refusera désormais de voir passer des convois d’engins militaires étrangers sur ses routes. J’ai entendu dire qu’ils pourraient accepter de laisser passer le matériel exclusivement en conteneurs plombés transportés par des poids-lourds civils (sans doute pakistanais) sans escorte française avec quelque chose comme une taxe dans les 5 ou 10.000 US$ par conteneur…
- Une noria de gros porteurs pourrait évacuer l’essentiel par les airs. Nous n’avons pas les avions qu’il faut. Et ce n’est pas la peine de compter sur les américains qui ont d’autres soucis que d’aider des gens qui ont unilatéralement déchiré le contrat un an avant l’échéance. La seule chose à faire dans cette hypothèse est de louer des Antonov aux Russes qui sauront arrondir leurs tarifs…
- La seule solution terrestre actuellement ouverte est une évacuation par le nord en traversant l’Hindu Kouch en passant par le Salang. Le col étant inaccessible en hiver, les Russes ont autrefois offert à l’Afgha’ la réfection complète de la route sur 400 km, un beau tunnel de près de 3 km à 3360 m d’altitude avec à un bout des kilomètres de route couverte en pare-avalanche. Bref une route accessible toute l’année et assez large et solide pour le passage des chars. Les Russes sont des gens prévoyants… C’est le seul passage entre le nord et le sud du pays "utile" et il y passerait actuellement un bon millier de véhicules civiles par jour. Ceci-dit, le Salang je connais, la route et le tunnel  n’ont pas changé au vu des photos récentes : Pour de gros convois, si rien ne presse il vaut mieux attendre la fin de l’hiver…

- Sinon, si les Taleb’ ont la gentillesse de nous laisser passer par le sud et l’ouest, on peut aussi sortir par… l’Iran.
- Ou alors, il y a peut-être le Thalys… 
.

6 commentaires:

  1. kobus van cleef26/05/2012 22:19

    il me semble que dans les 80 les moudj's avaient piégé le tunnel (ou un tunnel ,allez savoir) et que tout un régiment russe était mort d'intox monoxycarbonnée
    le même gag devrait pouvoir être réédité

    quand je pense que les russes , les vrais , les cocos, les stals , étaient près à tout pour avoir le pouvoir et le garder

    ensuite , ils ont été prêt à presque tout
    évidemment, ils ont giclé

    les américains n'étaient pas prêt à tout faire pour le pouvoir

    et nous , on ne sait même pas si on veut le pouvoir

    quand à savoir pourquoi on est allé là bas....un moment d'émotion, une majorité de gauche, jospin qui ose pas s'opposer à chirac ( lequel entrevoyait les prémisses de la guignolade onusesque suivante ), une bonne occasion de détourner les vronzais des acrimonies à venir de la future campagne présidentielle....roule, ma poule....ça fait bientôt 10ans qu'on s'y traîne....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, c’était au Salang (il n’y a pas d’autre tunnel assez long là-bas pour gazer d’un seul coup 3 compagnies autoportées avec leur matos…) Sachant que le Salang était pour les Russes un point de passage stratégiquement essentiels sans substitution possible et donc forcément hyper "sous contrôle", ça donne une idée du savoir-faire et de la niaque des mecs en savates auxquels on se frotte là-bas… A l’époque, j’étais débité chaque mois de ma modeste contribution financière à ce qu’on appellerait aujourd’hui une ONG "humanitaire" qui faisait dans, euh… "l’adduction d’eau" plutôt du côté de chez Massoud et j’avais suivi l’histoire de près…
      Je ne sais pas si c’est le pouvoir qu’on ne veut pas, mais certains chez nous sont bien contents d’en avoir le décor et les insignes…

      Supprimer
    2. kobus van cleef28/05/2012 23:09

      clairement c'est de tout que nous ne voulons pas

      ou, en d'autre terme , nous ne voulons de rien

      sauf les insignes du pouvoir ( en gros , la bagnole , le chauffeur et la garde républicaine qui joue l'aubade lors de l'accession au pouvoir....ha, j'oubliais....les symboles "forts" genre rose sur la tombe de machin et recueil sur celle de chose , plus le mur des fédérés ...)

      Supprimer
  2. uste une question, nos petits soldats prendront ils l' avion ou le train comme notre "Moi-président"?

    Dans les 2 cas , cela va coûter cher! Le matériel , comme les blindés et autres joujoux à roues, ça ne se démonte comme un mécano et nos petits Transals même avec un ravitaillement en vol, ils devront faire plusieurs allers et retours sauf si l' on demande aux états possédant de gros avions cargo de donner un coup de main au petit François.

    Soucis, seuls les américains et les russes peut être les ukrainiens possèdent ce type d' armoire volante et dans ce cas, il faudra passer à la caisse sauf à laisser le matos aux Taliban qui seront heureux comme des enfants dans un magasin de jouets.

    J'avais écrit ce texte, il y quelques jours chez Grincheux grave

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens ! C’est une idée. En "passant au marbre" les 300 blindés lourds et les obusiers de 155 (j’étais "artificier" dans l’artillerie du temps ou le service militaire existait encore) pour que ça rentre dans les carlingues avec l’excès de poids et la conso de kérosène qui va avec. En noria de sauts de puces à raison de deux camionnettes embarquées par navette, on terminera le job au plus tôt en 2014 comme initialement prévu… Si tant est que les Transalls ne soient pas morts avant…

      Supprimer
  3. Excellent article et commentaires d'un remarquable qualité ! Hélas ce ne sera pas marrant pour nos garçons ( c'est important) ni pour le porte-monnaie
    du contribuable... et pourquoi avoir abandonné le projet de gros porteur militaire ( airbus A400 je crois ,pour le confort idéologique de notre gôche simiesque et malodorante ? )Putain de cette
    France gaucharde et abrutie de foot et de noah !

    RépondreSupprimer