"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 4 octobre 2013

Les ritals sont formidables !



- Exposé : Vous êtes proprios d’un caillou, un ilot inhabité dont on fait sans doute le tour à pied en moins de vingt minutes et qu’on appelle pompeusement l’île du lapin. Il se trouve à vue des plages de Lampedusa. Ah Lampedusa ! Une île de l’archipel des Pélages au sud de la Sicile avec, vivant dessus, 6.000 habitants bien de chez vous. Le tout faisant partie, nous disent les géographes, du plateau continental africain, beaucoup plus près de la Tunisie et de la Lybie que de la Sicile ou de Malte… Cet ilot, n’est-ce-pas, il est à vous et vous l’avez inclus dans les contrats de sociétés de surveillance ("Schengen", "Frontex", toussa…), c’est important pour le périmètre des eaux territoriales dont vous êtes responsable
Et voilà que c’est par là que vous êtes envahis depuis des années par des squatteurs entrant le plus simplement, par effraction ou non, pour s’installer chez vous, voler vos lapins, coucher dans vos draps, piller l’armoire à pharmacie, exiger que vous leur signez un bail gratos, etc. Et il en arrive de plus en plus. Cet été, rien que 20.000 en moins de deux mois…
Supposez qu’un rafiot sur lequel a priori environ 500 guignols de cet acabit ont choisi de prendre leur billet de transport collectif pour pouvoir venir profiter de chez vous en toute illégalité fasse naufrage à une encablure de votre caillou. Au moins 155 d’entre eux s’en sortent, tout mouillés, et iront grossir le squat avec d’autres arrivés entre temps. Mais on estime à environ 210 le nombre de ceux ayant définitivement bu la tasse à cette occasion.

- Question : Que faites-vous ?
     
- Réponse : Vous convoquez en urgence votre Conseil de famille des ministres pour décréter une journée de deuil national ! Drapeaux en berne, toussa… Et ce sont les vôtres dont les squatteurs vident le frigo et se mouchent dans les rideaux qui sont invités à se couvrir la tête de cendres tout en raquant les heures sup’ des plongeurs et autres personnels qui s’efforcent de donner à ces malheureux des sépultures décentes et d’éviter aux poissons une indigestion d’Erythréens…    

6 commentaires:

  1. Surtout quand on sait qu'ils ont foutu le feu à leur bateau en allumant des couvertures pour signaler leur présence....

    RépondreSupprimer
  2. Bien dit !

    Et cet incident ne me fait verser aucune larme.

    RépondreSupprimer
  3. Ils viennent en Europe mais n'aiment pas les Européens.

    RépondreSupprimer
  4. "Le camp des saints" dans toute sa splendeur ( ou son horreur ?)....Jean Raspail était un visionnaire...

    RépondreSupprimer
  5. kobus van cleef06/10/2013 18:12

    C'est très mauvais, les indigestions d'erythreens....
    Même pour un gros poichon.....
    Y a que des os et ça peut percer l'estomac....


    Je me demandais si les survivants avaient aidé à la mise en bière, inhumation et tout des noyés ?
    Non ?
    Non?
    Je n'y peut croire......
    Un peu comme les maliens de Paris qui ont laissé les légionnaires libérer leur foutu pays.... pas un pour s'engager.....
    Pff
    Remarquez ,d'autres s'engagent.... en Syrie.... avec les ouaque barreurs.... s'ils pouvaient y rester, dans tous les sens du terme....

    RépondreSupprimer
  6. Lisez relisez la premiére pas du samouraï d'occident de D Venner et puis tout le livre

    RépondreSupprimer